13 doléances pour garantir l'accès de tous à une alimentation de qualité

Lise Monteillet

13 doléances pour garantir l'accès de tous à une alimentation de qualité

La Confédération paysanne, accompagnée de 22 organisations, a organisé les Assises de l’agriculture et de l’alimentation, le 19 janvier, à Saint-Denis. Parmi les propositions énoncées, il est question de « mettre fin à la dualité des modèles agricole et alimentaire ».

Les 13 mesures en détail

  1. Mettre fin à la dualité des modèles agricole et alimentaire
  2. Avancer vers la souveraineté alimentaire afin d’articuler les politiques agricoles et les politiques alimentaires pour assurer une alimentation de qualité accessible à tous et à toutes
  3. Combattre les principes du libre-échange, notamment pour les produits agricoles et alimentaires, afin de mettre un terme aux dumpings écologiques et sociaux à l’œuvre
  4. Maîtriser et répartir les volumes pour réguler les marchés agricole et alimentaire
  5. Mette en œuvre des contrats de transition vers une agriculture paysanne, une alimentation de qualité et une relocalisation de la production et de la distribution
  6. Faciliter l’accès au foncier et l’installation pour les porteurs de projets agricoles tournés vers la production d’alimentation de qualité
  7. Améliorer le bien-être animal et organiser la transition alimentaire vers des régimes moins carnés : mangeons mieux !
  8. Développer la structuration logistique pour les circuits alimentaires locaux : une restauration collective publique et privée de qualité, une aide alimentaire de qualité sont des leviers forts de transition
  9. Ouvrir aux organisation citoyennes les lieux de décisions sur les politiques agricoles et alimentaires
  10. Mettre en place des politiques d’éducation à l’alimentation et à l’agriculture pour limiter l’impact de la publicité sur la consommation
  11. Améliorer l’information à destination des consommateurs
  12. Assurer un droit au revenu aux paysans
  13. Transformer les moyens permettant à tous d’avoir accès à une alimentation de qualité 

L’agriculture « paysanne » est incompatible avec le modèle « industriel » selon la Confédération paysanne. Celle-ci a réaffirmé sa volonté d’en finir avec la « dualité » des modèles agricoles lors des Assises de l’agriculture et de l’alimentation, qui avaient lieu le 18 janvier à Saint-Denis. Lors de cette journée, le syndicat agricole a présenté un document réunissant 13 « doléances » concernant l’agriculture et l’alimentation. Celles-ci sont issues d’un travail commun de réflexion entre 22 organisations, dont la Confédération paysanne, le réseau des Civam, Terres de liens, Attac, CIWF France ou encore Biocoop. L’ensemble de ces propositions seront présentées aux candidats à l’élection présidentielle.

« La dualité de modèles agricoles entraîne la dualité de modèles alimentaires », expliquent les auteurs de ce carnet de doléances. Or, actuellement, l’alimentation de qualité est réservée à une « seule partie de la population socialement, économiquement ou géographiquement privilégiée ». Elle plaide « pour l’accès de tous et toutes à une alimentation de qualité, produite par des paysannes et paysans qui vivent de leur travail et pratiquent une agriculture paysanne ».

Transformer le monde agricole…

Parmi les autres propositions émises lors de ces Assises, il a été évoqué la mise en œuvre de « contrats de transition vers une agriculture paysanne », qui iraient plus loin que les mesures agroenvironnementales existantes.

Il est demandé d’impliquer d’avantage la société civile dans les instances de décision agricoles : interprofessions, chambres d’agriculture, diverses commissions départementales, régionales et nationales en charge de l’agriculture et des investissements agricoles.

La notion de « droit au revenu » pour les paysans est aussi prégnante. Cela passerait par des aides plafonnées par actif et des soutiens publics basés sur « des externalités positives de la production d’une alimentation de qualité ».

…et certaines habitudes de consommation

Le document préconise « une diminution raisonnable de notre consommation de produits carnés », afin de privilégier « une alimentation carnée de haute qualité environnementale et sociale, produite dans le plus grand respect du bien-être animal ».

La Confédération paysanne et les autres organisations signataires souhaitent également en finir avec le système du don alimentaire : « l’aide alimentaire, au Nord comme au Sud, fonctionne aujourd’hui par des déductions fiscales pour les entreprises qui remettent une partie de leur surproduction : c’est ainsi un moyen de se débarrasser des excédents de l’agriculture industrielle ». La Confédération paysanne milite plutôt pour la « généralisation d’épiceries solidaires », « la gratuité de l’alimentation » ou la « mise en place de garanties assurant à tous les ressources suffisantes pour se nourrir correctement ». 

Sur le même sujet

Commentaires 9

eleveurcorrezien

ok pour ces propositions si et seulement si le consommateur lambda soit prêt à se détourner de la grande distribution pour s'approvisionner chez son boucher en label, son maraîcher en bio, sur les étals des marchés.... Je doute qu'il ait l'envie de cuisiner des produits frais.Et si l'envie lui en prenait, l'offre existante existe déjà. Qu'allons nous faire des produits de nos bassins de production? En limousin, pas assez de consommateurs pour la production de viande bovine et de pommes...
j'attends vos idées...

tom63

Euh, une alimentation de qualité pour tous, ça veut pas dire baisse des prix???
Transition environnementale qui irait plus loin que les normes actuelles???????
Bref, on a. Le choix entre la reconversion professionnelle avec la FD, et le monde bobo des bisounours avec la conf.
C'est pas gagné....

robert scea sud autan1 "ECUME173"

la confédération se bat pour de belles idées humaines bravo a vous

DIDIER CRUEIZE "uranie269"

Ce n'est des idées "comme ça" de la Confédération paysanne, voilà un travail fait avec 22 autres organismes; il y a bien sur des solutions si non il n'y aurait pas de problèmes, ces 23 organismes ont trouvé c'est idées-là, bravo!!!, même s'il existe probablement d'autres idées encore.

agaric

C'est pas la FD qui démonte la ferme des milles vaches, elle encourage le productivisme qui plombe l'économie des fermes , alors stop, de la régulation dans les échanges commerciaux.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires