18 ans d’Agrichallenge : Un concours concret pour se projeter

Vendée agricole Rédaction

Guillaume Voineau, Président des JA 85 et Charles Guerlais, Président des JA 44 présentant aux lycéens présents leurs parcours professionnels et leur engagement syndical
Guillaume Voineau, Président des JA 85 et Charles Guerlais, Président des JA 44 présentant aux lycéens présents leurs parcours professionnels et leur engagement syndical. (c) vendée agricole

Monter un projet concret d’installation dans une exploitation réelle, tel est le but pédagogique du concours Agrichallenge. Retour sur la remise des prix du jeudi 20 mars.

Lancé le 10 octobre 2013, le concours Agrichallenge, organisé par le Crédit Agricole Atlantique Vendée en est à sa 18ème édition et chaque année il est attendu par les BTS ACSE des départements de Vendée et de Loire-Atlantique. Cette année, trois établissements vendéens en lice, l’Ecole Sup’ des Etablières, l’IREO des Herbiers et le lycée de Luçon-Pétré se sont donnés rendez-vous ce jeudi 20 mars pour présenter le travail accompli.

Les jurys composés de professionnels (chambre d’agriculture, centres de gestion, coop et JA) ainsi que de représentants du Crédit Agricole ont assisté le matin aux présentations des élèves. Ils ont pu voir des projets de qualité et ont avoué même avoir eu quelques difficultés à départager les gagnants.

Si les jurys se sont faits dans les deux départements, le déjeuner et l’après-midi réunissaient tout le monde.

Les présidents des JA de Loire Atlantique et de Vendée ont entamé l’après-midi en expliquant leurs parcours et en partageant leurs regards sur l’installation. D’une même voix, ils ont conseillé aux jeunes présents dans la salle de ne pas s’installer précipitamment, de prendre du recul, et même d’aller travailler ailleurs pour permettre de mûrir leur projet d’installation. Pour Guillaume Voineau qui a travaillé en tant que technicien, « c’est en faisant des horaires de bureau que j’ai su que je voulais vraiment m’installer ». Charles Guerlais, quant à lui, a été agent de remplacement « j’ai vu plein de systèmes et j’ai aussi vu ce qui me plaisait le mieux pour mon installation ». Pour eux, il ne faut pas se focaliser sur le fait d’être son propre patron, les candidats à l’installation se doivent d’étudier l’installation sociétaire, pour pouvoir partager, outre les astreintes, les prises de décisions et de responsabilités. Une installation, c’est un projet de vie.

Les deux présidents JA ont aussi rappelé les axes défendus par les JA : des installations viables, vivables et transmissibles. Au-delà de cette expression, c’est un travail sur la communication, pour une meilleure image du métier et ainsi attirer de nouveaux jeunes dans le métier. Les Fêtes de l’agriculture sont aussi là pour « parler du métier », elles sont un bon moyen de communication. Pour Charles Guerlais, « Le réseau JA c’est aussi pour mobiliser les jeunes, sortir du contexte de la ferme, voir ses voisins ». Guillaume Voineau rappelle que « pour être JA, vous n’êtes pas obligés d’être installés, il faut venir voir, faire quelques réunions pour se rendre compte si ça plaît».

Suite à ce discours, le Crédit agricole a rappelé sa place de partenaire de toutes les installations, du moment qu’elles sont viables. L’implication des jeunes dans les OPA ou les structures associatives est également importante pour leur pérennité.

Les discours ont laissé place à la remise des lots. Chaque groupe gagnant reçoit un cadeau et une aide financière destinée à leur établissement. Les élèves se sont dits satisfaits du concours et d’avoir eu une intervention comme celle des deux présidents JA, qui ont parlé de leurs vécus en tant que jeunes installés et responsables professionnels.

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires