2008-2009 : 27 millions d'euros de dégâts de gibiers dans les cultures

B.BOUCHOT d'après AFP

Le sanglier, principal responsable

« Chaque année, les sangliers occasionnent des dégâts agricoles et les fédérations de chasse dépensent une importante somme d'argent dans les départements où le sanglier est soumis à un plan de chasse afin d'indemniser les agriculteurs victimes de dégâts », explique Christine Saint-Andrieux, responsable du réseau ongulé sauvage (cervidés-sanglier) à l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Benoît Guibert, responsable des dégâts agricoles à la Fédération nationale des chasseurs estime la facture imputable aux dégâts occasionnés par l'ensemble de la faune sauvage à environ 27 millions d'euros pour la période 2008-2009 alors qu'elle était de 30 millions d'euros en 2007-2008. Il explique cette baisse des coûts par « l'intensité des prélèvements de sangliers liés à la volonté des fédérations de chasse de faire baisser les populations et par la baisse du prix des denrées agricoles ».

Le Nord-Est particulièrement touché par les dégâts

« Les départements qui coûtent le plus cher à l'année se situent dans le Nord-Est de la France avec une facture de quelque 800.000 euros alors que le montant des dégâts les moins élevés, environ 80.000 euros, concernent l'Ouest et le Sud de la France », précise-t-il. « Les dégâts sont extrêmement concentrés car 10% des communes cumulent à elles seules 75 % des dégâts », poursuit M.Guibert.

Selon lui, « les points noirs » des départements qui coûtent cher en dégâts agricoles provoqués par les sangliers sont ceux aux cultures à forte valeur ajoutée comme les pépinières, ou encore les territoires non chassés, les réserves naturelles, les terrains militaires et les terrains privés où les propriétaires sont opposés à la chasse.

Les chasseurs, qui doivent réguler la faune sauvage, ont tué 569.437 sangliers en 2008-2009, soit 8,9% de plus que la saison de chasse précédente, selon l'ONCFS.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier