2010 : Le bout du tunnel pour les moutonniers ?

C. BALAY (Aroa) S. LABLANQUIE

L'application du bilan de santé de la Pac devrait permettre de réévaluer les revenus des producteurs ovins. État des lieux des simulations.

L'Association régionale ovine d'Auvergne (Aroa) a réuni mi-décembre techniciens, responsables ovins, enseignants et financeurs au lycée agricole de Marmilhat pour faire le point sur le bilan de santé de la Pac. Marc Benoit, de l'Inra, avait été sollicité pour présenter une analyse des répercussions de ces nouvelles mesures. Pour les 46 exploitations du réseau Inra, le revenu par travailleur devrait progresser de 47 % entre 2008 et 2010. Le DPU (droit à paiement unique) moyen par hectare de SAU réelle devrait passer de 110 euros / ha à 235 euros / ha pour ce même échantillon. Ces résultats sont confirmés par d'autres études (Rica...).

Résultats attendus

Sur la base du maintien des mesures 2010 et des hypothèses de prix de l'OCDE, des scénarii d'adaptation sur deux cas types spécialisés rustique et herbager ont été étudiés à échéance de 2015. D'une façon générale, les évolutions prévues sur le prix des intrants limiteront la hausse de revenu. En système accéléré, la réduction des quantités de concentrés est la piste la plus rentable. L'arrêt de l'accélération des mises bas et la production de céréales pour le troupeau ne sont pas des alternatives a priori intéressantes. La simplification de la conduite (les brebis vides ne sont pas remises en lutte à contre-saison) pour le système herbager étudié permet de réduire la main d'oeuvre salarié (- 0,3 unité travail humain) et d'économiser des coûts de concentré sans diminution importante de la productivité.

 

Défis techniques

Pour le président de l'Aroa, Claude Font, cette nouvelle donne doit motiver éleveurs, techniciens et organisations professionnelles autour des défis techniques que sont la productivité, l'autonomie alimentaire et la maîtrise des coûts de production. Des marges de progrès techniques en élevage existent selon lui. Une prise en compte de ces thématiques dans le financement de l'appui technique et la charte régionale de développement durable sont d'ailleurs en cours. La forte participation des établissements d'enseignement à cette journée a aussi été vécue comme un encouragement. “Les états généraux de la production ovine ont abouti aux dispositions actuelles au bout de quatre ans”, constate l'Aroa estimant qu'en ce début 2010, “il est plus que temps de préparer déjà l'après 2013”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires