900 représentants syndicaux FNSEA et JA en meeting pour sortir de la crise

Lise Monteillet

900 représentants syndicaux FNSEA et JA en meeting pour sortir de la crise

Plan de refinancement, amélioration de l’assurance récolte, juste répartition de la valeur ajoutée… La FNSEA et les Jeunes agriculteurs proposent une panoplie de mesures pour dépasser la crise. A la veille de la rencontre des ministres européens de l’agriculture, ils font aussi entendre leur voix dans les débats.

10 points de baisse des cotisations sociales

La FNSEA et JA se félicitent qu’une baisse « historique » des cotisations sociales ait été actée. Elle consiste en une diminution de 7 points des cotisations sociales d’assurance maladie à compter de 2016 et de manière pérenne. A laquelle s’ajoute une réduction de 3,1 points des cotisations familiales en 2015 pour tous les revenus inférieurs ou égaux à 42 478 €. 

La FNSEA et JA mobilisent leurs troupes, dans le Loir-et-Cher, à l’occasion d’un meeting syndical. Environ 900 représentants syndicaux, venus de toute la France, sont accueillis sur le site de la fédération française d’équitation. Dans leurs mains, un document contient toutes leurs propositions pour dépasser une crise qui n’épargne presqu’aucun secteur de l’agriculture. Sur la première page, un slogan donne le ton de la journée : « les ministres à Chambord… Les agriculteurs à Lamotte-Beuvron tracent leur avenir ! »

Besoins urgents de trésorerie

Toute la matinée, des représentants syndicaux et des organisations professionnelles agricoles se sont succédé à la tribune. Pour Xavier Beulin, le président de la FNSEA, il convient d’abord de répondre aux besoins de trésorerie les plus urgents. Ce dernier ne croit pas à un dispositif unique, mais plutôt à la mise en place de solutions adaptées aux diverses situations. La FNSEA et JA réclament un plan de refinancement de l’agriculture. Celui-ci se concrétiserait par un accès facilité à tous les prêts de trésorerie, grâce à des garanties négociées collectivement et dont le coût serait pris en charge par l’État, au moins en partie. Les syndicalistes appellent ainsi les banques à se mobiliser pour traiter les demandes le plus rapidement possible. « Il y a un an, la situation était plus compliquée avec les banquiers mais cette fois-ci, nous portons ce dossier ensemble avec le Crédit agricole », assure Xavier Beulin. Jérémy Decerle, président des JA, insiste sur la nécessité de prendre en compte « les problématiques spécifiques des jeunes ». Il est demandé, notamment, une prise en charge de la totalité des intérêts des prêts pour les jeunes installés de moins de cinq ans.

Xavier Beulin annonce qu’il sera probablement reçu demain, à Chambord, auprès des ministres européens de l’agriculture. Le président de la FNSEA considère que sortir de l’Europe et renationaliser la Pac serait « une foutaise absolue ». Il appelle plutôt à rénover la politique agricole : « le marché, rien que le marché, ça ne marche pas ! On a besoin de dispositifs de gestion de crise. C’est ça aussi la solidarité européenne ! »

Mieux s'assurer contre le risque climatique

FNSEA et JA militent pour un renforcement du système assurantiel. Quitte à rendre l’assurance récolte obligatoire? Ils déclarent vouloir engager le débat auprès de leurs membres. Allouer davantage de moyens à l'assurance sera aussi nécessaire dans le cadre de la Pac, même si Xavier Beulin convient que « le débat budgétaire va être coriace ». Enfin, le seuil de déclenchement de l’assurance est trop élevé aux yeux des syndicalistes, qui souhaiteraient le voir passer de 30% à 15-20%. De nombreux agriculteurs victimes des intempéries, bien qu’étant assurés, n’ont pas pu être indemnisés cette année à cause de ce seuil.

Alors que la campagne pour les élections présidentielles commence, la FNSEA et JA entendent replacer les sujets agricoles au cœur de l’actualité. « Est-ce qu’un bout de tissu sur le corps d’une femme justifie tous ces débats, alors que les paysans sont en train de crever ? » interpelle Xavier Beulin. Parmi leurs revendications : prendre en compte les coûts de production pour garantir une juste répartition de la valeur ajoutée, regrouper les organisations de producteurs pour peser davantage dans les négociations, promouvoir la contractualisation tripartite entre producteurs, industriels et distributeurs, renforcer et rénover la coopération agricole, concrétiser l’étiquetage de l’origine des produits…

Trop de normes

Une large partie des débats est aussi consacrée aux normes, qui nuiraient aujourd’hui à la compétitivité de l’agriculture française. Le mot d'ordre : replacer le métier l‘agriculteur au cœur de la société, en passant à l’offensive sur des sujets tels que le bien-être animal, la protection de l’environnement ou de la faune sauvage.

Ce meeting syndical ressemble aussi à une démonstration de force, notamment auprès des autres syndicats agricoles, qui se réuniront demain autour de Chambord. A la tribune, Xavier Beulin est revenu sur ses déclarations relatives à la préparation d’un plan de reconversion des agriculteurs : « Jamais je n’ai parlé de restructuration de l’agriculture. J’ai parlé de venir en aide auprès des agriculteurs qui en ont besoin. Mais pas de là à en faire sauter un certain nombre… Nous avons d’autres valeurs !»

 

Sur le même sujet

Commentaires 19

c061

Entièrement d accord avec ddx les cotisations syndicales ne sont pas "payantes". Par contre tous les responsables syndicaux sont indemnisés qque soit le résultat et avec vos cotisations sans oublier qu'ils ont des indemnisations pour leur remplacement sur l exploitation. Nous on manifeste sans indemnités journalières t pour rien . y 'en à marre des profiteurs

beberino

ci les paysans etaient un peut plus solidaire entre eux ca ce passerait beaucoup mieux(on pourraient se revolter contre toute ces grosses sociétés qui font la pluie et le beau temps
ils attendent que le voisin creve pour prendre ses terrains c est deplorable!!!

dundee80

M Belin, dans un de ses derniers discours, évoquait, en parlant du lait, d'un problème global d'organisation de filière. Mais cette organisation de filière de l'après quota a été discuté, débattu et même défendu par son propre syndicat. Au mieux, ils ont laissé faire. Alors M Belin: pompier pyromane????

yennamarre

Un nouveau syndicat pour l'élevage dirigé par des éleveurs???

ddx

il faudrait que les cotisation fnsea et les indemnités de leurs responsable soit indexé sur le prix des produits agricoles.
et que leurs responsables n ai aucun lien avec l industrie agro ou les copé, ce qui est loin d etre le cas actuellement!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires