A Paris, Laval ou Viroflay : Les discussions sur le prix du lait se prolongent

avec AFP

Les discussions entre éleveurs et cinq grands groupes laitiers se prolongeaient jeudi en début d'après-midi, après l'appel lancé par Bruno Le Maire à trouver un accord « dans les heures qui viennent »

« Ça bloque car si on a un accord pour revenir à la table des discussions » dans les prochains jours « on n'a aucun engagement sur les prix du 3ème trimestre et de la fin de l'année », a déclaré Christiane Lambert, la vice-présidente de la Fnsea qui participe à Laval aux discussions avec le groupe Lactalis.

« Nous discutons sur les prix, car les producteurs ne savent pas combien ils vont être payés pour les livraisons de juillet, et c'est inacceptable », a-t-elle ajouté lors d'une suspension de séance. « Mais nous discutons aussi de volumes, de compétitivité avec les autres pays européens, nous ne sommes pas dans une bulle », a-t-elle ajouté. La responsable avait évoqué un peu plus tôt l'éventualité d'une nouvelle réunion interprofessionnelle le 20 août.

Bruno Le Maire fait pression

Selon un cadre de la Fnsea sur place, il y a des « pressions au plus haut niveau de l'État » sur les industriels pour sortir de la crise. Ce matin, sur RMC, le ministre de l'Agriculture a réclamé un accord « dans les heures qui viennent ». « Procédons par étapes, réglons dans les heures qui viennent la question du prix du lait pour 2010 puis ensuite regardons la question de la compétitivité avec l'Allemagne », a-t-il dit.

Des discussions similaires entre producteurs et industriels ont lieu simultanément à Paris aux sièges des groupe Bel et Sodiaal et à Viroflay au siège de Bongrain. Sur les différents sites, les représentants des éleveurs ont suspendu les séances en tout début d'après-midi pour se concerter par téléphone.

A Laval, le directeur adjoint des approvisionnements de Lactalis Serge Moly discute avec une trentaine de représentants des éleveurs de Bretagne, Pays de la loire Poitou-Charentes et Basse-Normandie. A Brest, le président de Laïta Dominique Chargé et différents administrateurs du groupe reçoivent également les représentants des éleveurs.

Publié par avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier