Accord : Lait : trois prix moyens fixés pour l'année 2009

SC avec AFP

L'accord, conclu au ministère de l'Agriculture, prévoit trois prix moyens pour l'année 2009. Ces prix sont modulés en fonction de l'activité de l'entreprise qui achète le lait au producteur.

Dans un communiqué, la Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl) explique que «selon le mix-produit (part de produits industriels dans les fabrications) des entreprises», le prix moyen annuel (en prix de base) sera de :

- 262 €/1.000 l (pour un mix-produit de 40%),

- 272 €/1.000 l (pour un mix-produit de 30%),

- 280 €/1.000 l (pour un mix-produit de 20%)

De 280 à 262 euros la tonne de lait

Les éleveurs les plus chanceux se verront donc acheter leur lait à 280 euros la tonne, tarif le plus élevé. Les laiteries qui paieront ce prix sont celles dont l'activité est principalement orientée sur les produits de grande consommation (yaourt, fromages AOC, etc), donc plus rémunératrice.

A l'inverse les producteurs les plus pénalisés sont ceux qui livreront aux laiteries qui traitent surtout des produits industriels (poudre de lait, beurre) dont les cours mondiaux ont dégringolé ces derniers mois. Ils seront payés à 262 euros la tonne.

Entre les deux, des agriculteurs livreront leur lait à 272 euros la tonne à des laiteries. « L'essentiel des producteurs » bénéficient des tarifs des deux tranches supérieures (280 euros et 272 euros), selon Gilles Psalmon, directeur général de la fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL).

Une baisse de 65 à 57 € / t par rapport à 2008


Par rapport à 2008, le prix moyen annuel devrait baisser entre 65 et 57 euros la tonne, selon les chiffres de la FNPL. Un réexamen des prix annoncés est prévu en septembre afin de les adapter à une éventuelle remontée des cours des produits industriels.

« En donnant notre accord à 280 euros la tonne, on ne pouvait vraiment pas obtenir mieux », selon Jean-Michel Lemétayer, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) qui s'attend néanmoins à de la « déception » de la part des producteurs.

Elaborer des indices trimestriels

L'accord conclu prévoit aussi la mise en place d'un nouveau cadre de négociations. Le Cniel (centre national interprofessionnel de l'économie laitière) sera chargé d'élaborer des indices trimestriels de tendances des marchés. Il doit aussi définir le cadre national des relations contractuelles entre producteurs et transformateurs pour 2010 et au-delà.

Dans l'ouest de la France, région particulièrement mobilisée depuis le début du conflit, des producteurs des Côtes d'Armor, qui livrent leur lait à Entremont-Alliance, étaient inquiets: « pour nous, ce ne sera pas 280 euros la tonne, mais 262 euros. C'est inacceptable ».

En Basse-Normandie, l'accord n'est pas non plus accueilli avec grand enthousiasme mais il était nécessaire, « sinon, nous courions à la catastrophe ».

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier