Agrial : de polyvalent à multi-spécialisé

TG

Agrial : de polyvalent à multi-spécialisé
Arnaud Degoulet (président) et Ludovic Spiers (directeur général) : “nous sommes passés d'un statut de coopérative polyvalente à celui d'une coopérative multispécialisée avec pour objectif d'atteindre une taille critique dans chaque métier”. - © TG

De nouveaux territoires, de nouvelles activités en 2014... Agrial franchit pour la première fois la barre des 4 Mrde de chiffre d'affaires et proposera, lors de son assemblée générale, la redistribution de 7 Me à ses adhérents.

Dans un contexte ou les prix des produits agricoles ont baissé de 5,5 % sur un an (source : Insee), Agrial réalise de bonnes performances sur l'ensemble du périmètre de sa branche amont. En productions végétales, les mauvaises conditions météorologiques estivales ont été la cause de qualités hétérogènes des blés, mais la collecte est en forte hausse, tout comme celle de maïs. L'activité est stable en bovins et affiche une légère reprise en porcs, contrairement à la tendance nationale.
Record en multiplication de semences
Les activités d'agrofourniture sont conformes aux objectifs et les tonnages d'aliments se maintiennent en bovins mais reculent dans les autres espèces. Les surfaces en multiplication de semences ont atteint un nouveau record, en particulier en céréales à paille et maïs. La branche distribution rurale tire profit de sa multiactivité au service des adhérents et du grand public. La branche machinisme subit le retournement du marché après deux années de forte croissance.
Conséquence de la fusion avec la coopérative Coralis, Agrial a créé un quatrième bassin laitier en Ille-et-Vilaine et porté à 1,73 milliard de litres sa collecte totale de lait. La laiterie Coralis,spécialisée dans la production de lait UHT, permet à Agrial de compléter sa gamme en produits laitiers. Enfin, en devenant l'actionnaire unique de Vegam, Agrial agrandit son territoire en Ille-et-Vilaine avec une cinquantaine de sites de proximité supplémentaires.
Au 1er janvier 2015, Agrial a pris le contrôle à 100 % de Senagral, dont la rentabilité s'est largement améliorée dans une conjoncture qui reste difficile en produits laitiers ultra-frais.
Dans la branche légumes,
l'année a été compliquée pour Priméale en légumes 1re gamme, mais Florette réalise une belle performance en 4e gamme, tirée par les produits de snacking, en France et en Europe. De même, les innovations produits et le développement international continuent d'être les moteurs du développement de la branche boissons. Enfin, la branche volailles et viande a revu son organisation et son positionnement produits pour conquérir de nouveaux marchés.
L'innovation axe stratégique
Le pôle expert, en charge de l'accompagnement technique et économique des adhérents, a mis l'accent en 2014 sur le déploiement des outils d'aide à la décision et la mise en place du plan protéines. Plus de 300 ingénieurs, techniciens et vétérinaires travaillent avec les adhérents au développement d'une agriculture durable et performante.
Par ailleurs, 2014 a été la véritable année de lancement d'une démarche d'innovations de rupture, conduite par le pôle innovation recherche et développement constitué au niveau du Groupe. C'est un levier essentiel de compétitivité et de pérennité, dans un monde en plein bouleversement. De nombreux partenariats sont développés avec des centres de recherche, pôles de compétitivité, start-up dans les domaines du végétal comme de l'animal.
Des investissements conséquents
En 2014, les investissements d'Agrial ont atteint 100 millions d'euros. Ils ont concerné comme chaque année la plupart des activités. Dans les branches agroalimentaires, la station
légumière d'Athies en Picardie, le nouvel atelier de fabrication de salades repas de Florette, près de Perpignan, la construction de serres dans la région de Murcie en Espagne et la finalisation de la tour de séchage de Délicelait constituent les projets majeurs. Dans les branches agricoles, la deuxième phase de la plateforme de stockage située près d'Argentan, dans l'Orne, le silo de Fougères et la station de semences de céréales à paille de Saint-Sylvain près de Caen, complètent un programme de 80 millions d'euros sur trois ans.

Source l'Agriculteur Normand

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier