Agriculture bio : Conforter les exploitations biologiques

C.Rolle

La gestion, l'accompagnement et l'expertise en agriculture biologique sont une activité à part entière de Domagri.

Il y a quelques années, au moment de la mise en place des CTE reconversion en agriculture biologique (Contrats territoriaux d'exploitation), la coopérative Domagri créait à destination de ses adhérents un service technique bio. Ce service est aujourd'hui conforté par la présence d'un technicien à plein temps, Emmanuel Desilles, dont la mission est de gérer, accompagner et expertiser la conduite de l'activité biologique auprès des adhérents. Au-delà des conseils sur les produits et des recommandations agronomiques, Emmanuel Desilles s'attache surtout à avoir une approche technico-économique de l'activité biologique, « c'est un gage de pérennité de l'exploitation » précise Michel Delsuc, président de Domagri. «C'est aussi une volonté forte des pouvoirs publics, à laquelle nous devons répondre en donnant les moyens aux agriculteurs bio d'atteindre un équilibre technique et économique de leur exploitation». Le président poursuit en avançant que de son côté, la coopérative a elle aussi une obligation de résultat dans ce domaine. «Pour cela, elle a le devoir d'innover d'autres technologies ou de tester de nouvelles variétés adaptées, permettant par exemple de limiter la baisse des rendements ou de corriger des aspects sanitaires.

Emmanuel Desilles, le « monsieur bio » de Domagri

Emmanuel Desilles, le « monsieur bio » de Domagri

Le rôle de la coopérative est d'apporter des expertises et des solutions nouvelles aux agriculteurs bio afin qu'ils puissent évoluer durablement dans le métier » indique-t-il. Michel Delsuc reconnaît qu'il y a des efforts à faire de chaque côté pour aller de l'avant, et qu'il ne faut surtout pas mettre en concurrence le bio et le conventionnel. « Il y a de la place pour les deux systèmes d'exploitation».
Avec aujourd'hui près de 300 adhérents agriculteurs biologiques (dont 80 sur le Puy-de Dôme), 2 sites dédiés (Culhat et St Beauzire), 1500 t de céréales par an collectées et un technicien spécialisé, Domagri souhaite en fait donner un nouveau souffle à l'agriculture bio en offrant la possibilité aux jeunes de vivre du métier. « Nous renouvellerons l'agriculture biologique en l'ouvrant à de nouvelles conditions de production et en la rendant plus attractive techniquement et économiquement auprès des jeunes » conclut le président Delsuc.

IL A DIT


Michel Delsuc : « La coopérative met des moyens à disposition de l'agriculture biologique : un technicien spécialisé, de l'expertise en matière d'évolution de la production et tout un panel de produits adaptés à la bio» explique Michel Delsuc.

Source Auvergne Agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier