Agriculture bio: Pompili veut encourager des contrats alimentaires territoriaux

Agriculture bio: Pompili veut encourager des contrats alimentaires territoriaux

Pour soutenir l'agriculture biologique, la députée REM Barbara Pompili a préconisé jeudi la mise en place de "contrats alimentaires territoriaux" entre les agriculteurs et les collectivités territoriales.

"L'idée est de redonner de la perspective à tout le monde en se réorientant vers un système moins dangereux pour notre avenir", a indiqué sur franceinfo la présidente de la commission Développement durable à l'Assemblée nationale. "Les agriculteurs veulent pouvoir vivre de leur travail, donc il y a un autre système à mettre en place et les assises de l'alimentation vont y aider, par exemple avec les territoires: faire des contrats alimentaires territoriaux qui donnent des débouchés", a déclaré Barbara Pompili. "A partir du moment où vous travaillez pour donner des débouchés, notamment sur la restauration collective, que ce soit privée ou publique, vous ouvrez des marchés énormes pour des agricultures (bio) qui sont peut-être un petit peu plus coûteuses mais meilleures", a ajouté la député REM.  

Subvention

"Dans les marchés publics on peut mettre des critères +bio+ ou de +circuit court+", a aussi déclaré Barbara Pompili pour inciter les collectivités territoriales à s'engager sur la voie du bio. "Quelqu'un qui a un débouché, c'est-à-dire qui trouve un client, aura moins besoin de subvention, quelqu'un qui est mieux payé aura moins besoin de subvention", a également ajouté Barbara Pompili. Mercredi, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert avait indiqué qu'il réunirait "à la rentrée" les conseils régionaux pour définir les politiques publiques de financement de l'agriculture biologique.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 8

JMB

Jolie photo d'illustration : Mme Pompili dans une cantine.

fred

avec 2 ha de légumes on va nourrir un groupement scolaire, cela profitera à moins d'un agriculteur par village. Alors que c'est l'ensemble de la profession qui doit retrouver des prix pour avoir un salaire et des marges.
on va subventionner à grand frais un gadget, le soir les gamins continueront à manger une pizza devant la télé pendant que maman t'chat sur sa tablette avec ses copines.
vous politiques qui nous avaient conduit là où est l'agriculture par l'agrandissement de l'europe et la mondialisation, vous allez être assez lâches pour ne pas vous attaquer à une meilleure répartition des marges. 4 cents d'euros et 0.038 cent d'euros dans une baguette de pain de 250 gr vendu 0.9-1€.
C'est une Charlotte Corday qu'il faut.

agrume856

tant que les bobos et les autres consommateurs n auront pas fain on nous ch**** dessus créont le besoins et ce sera nous les roi du pétrol

duracuire

ah oui oui! ouvrir des débouchés ....pas de probleme ....mais juste "un peu plus cher" et voila comment le "bio" arrivera bientot a bas prix dans vos assiettes
bonne analyse "pessimist"le paysan etait , est et restera le serf ......il est grand temps que le paysan se mette a ne rien faire , ne rien produire ....

DIGUE3942

à pessimist: tu n'est pas pessimiste mais réaliste !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier