Agriculture en crise : Un plan global de soutien dans les cartons de l'Elysée

SC avec AFP

Les syndicats agricoles ont été reçus mardi par le ministre pour discuter d'un plan global de soutien aux agriculteurs qui devrait être annoncé prochainement par le chef de l'État.

La Fnsea, les Jeunes Agriculteurs mais aussi la Coordination rurale et la Confédération paysanne ont été reçus par le ministre afin de faire le point sur la situation et de définir les réponses nécessaires pour sortir de la crise actuelle de l'agriculture.

Le ministre a confirmé à ses interlocuteurs qu'il proposerait un plan de mesures globales pour répondre au «désarroi» et à la «détresse» des agriculteurs. Il n'a toutefois pas apporté plus de précisions et dit attendre des arbitrages du Premier ministre et du chef de l'État. Arbitrages, « qui seront annoncés prochainement », a-t-il précisé, sans donner de date.

«Nous avons besoin d'une réponse rapide du chef de l'État», a déclaré Dominique Barrau, secrétaire nationale de la Fnsea, à l'issue de son entretien avec le ministre. «Si nous n'obtenons pas ces réponses, nous sommes prêts à recommencer», a-t-il ajouté.

La Confédération paysanne a réitéré sa demande d'une réouverture «urgente» des négociations pour obtenir une augmentation du prix du lait, mais le ministre ne souhaite pas rouvrir pour l'heure ce dossier explosif. Philippe Collin, porte-parole de la Confédération, déçu au sortir de la réunion avec M. Le Maire, a déploré que celui-ci travaille à des mesures conjoncturelles, des «rustines sur un bateau pneumatique en train de couler».

Enfin, la Coordination Rurale (CR) s'est déclarée opposée à un saupoudrage des mesures, estimant que celles-ci devaient être réservées aux agriculteurs les plus en difficulté.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a également défendu le fonds laitier de 280 millions d'euros annoncé par Bruxelles. Alors que tous les syndicats la considèrent comme trop limitée, le ministre fait valoir que cela représente près de la moitié du budget européen consacré aux mesures d'intervention pour le secteur laitier. «Ce que nous avons obtenu à Luxembourg est une étape majeure mais ce n'est pas la fin du chemin. Il faut poursuivre».

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

AUVENT508

Les stuctures spécialisées en élevage ont du mal à s'agrandir face à des céréaliers qui en veulent toujours plus, que compte faire notre nouveau ministre de l'agriculture pour favoriser l'agrandissement de nos exploitations et ainsi facilité l'installation des jeunes?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier