Agriculture : Le bio ralenti par la crise en Europe, continue à voir l'avenir en vert

B.BOUCHOT d'après AFP

La crise touche à son tour le marché des produits alimentaires bio en Europe, dont la croissance ralentit, mais tous les voyants restent au vert à long terme, estiment les acteurs du secteur.

Ralentissement des produits alimentaires bio

Signe le plus spectaculaire de ce fléchissement: l'Allemagne, premier marché européen du bio alimentaire avec 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires réalisé en 2008, a enregistré une baisse des ventes d'environ 4% sur le début de l'année 2009, après des années de croissance à deux chiffres.

Le phénomène avait déjà été observé au Royaume-Uni. Une étude similaire, réalisée en février, mettait en évidence une chute sévère des ventes de certains produits, comme le pain (-30% sur un an).

La crise a fini par rattraper ce marché florissant, obligeant les consommateurs à faire des arbitrages, même s'ils ne se détournent pas pour autant totalement des produits écologiquement vertueux.

La chaîne française de magasins bio française Biocoop, qui compte plus de 300 établissements, relève ainsi un « changement du comportement de sa clientèle » en faveur de « produits génériques, de produits en vrac et de produits en gros conditionnements », a expliqué le porte-parole Chloée de la Simone.

La guerre des prix en Allemagne, qui tire vers le bas le coût de nombreux produits alimentaires ces derniers mois, a également entraîné une baisse des prix pour le bio, mais dans une moindre mesure.

Fort développement du bio en Europe du Nord

Les motivations quasi-politiques de la consommation bio continuent toutefois d'offrir une certaine résistance à ce marché, par ailleurs loin d'être arrivé à maturité dans de nombreux pays. Le site web de référence organicmonitor.com prévoit ainsi une croissance du marché mondial sur 2009, même si elle se ralentit. Johan Reyniers, porte-parole de la Commission européenne en charge de l'Agriculture, précise que l'UE s'attend à une hausse comprise entre 3 et 5%, certes assez loin des résultats à deux chiffres constatés par le passé.

Les marchés d'Europe du nord devraient ainsi encore fortement progresser, comme la Suède qui affiche un étonnant +35% sur le premier trimestre 2009, ou encore la France, qui avait réalisé +25% en 2008. « Nous pensons que le consommateur de produits bio n'est pas sensible aux prix. Il est prêt à accepter des prix plus élevés pour la qualité supérieure », commente le responsable de la communication de la principale marque suédoise Krav, Jakob Falkerby.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier