Agriculture: Stephane Le Foll se bat encore contre la FNSEA

 Agriculture: Stephane Le Foll se bat encore contre la FNSEA

L'ancien ministre de l'Agriculture, Stephane Le Foll, a défendu mardi sa politique agricole menée sous le quinquennat Hollande, en réaction aux déclarations du premier syndicat du secteur, la FNSEA, qui l'accuse d'avoir laissé "une énorme ardoise".

"Je ne suis plus ministre mais le braquage continue. Cela ne me laisse pas indifférent car je voudrais ici défendre ce que j'ai fait", écrit l'ancien ministre dans un billet de blog publié mardi sur le site du Huffington post. Accusé d'avoir "laissé en héritage une énorme ardoise de 853 millions d'euros" dans un communiqué de la FNSEA du 27 juillet, l'ancien ministre prend la plume pour "défendre" la politique agricole qu'il a menée dans un ministère où il est resté -un record historique- pendant cinq ans. Pour financer les aides à l'installation des jeunes agriculteurs, soutenir l'agriculture de montagne et la bio (réunies dans le "pilier 2" de la politique agricole commune chargée du développement rural, NDR), l'actuel ministre Stephane Travert a récemment annoncé sa décision de puiser dans l'enveloppe annuelle de 7 milliards d'euros des aides européennes directes à la production agricole (pilier 1 de la PAC).  

Cette décision, attendue, n'a pas plu à la FNSEA, très attachée aux aides directes attribuées en fonction des surfaces cultivées, qui bénéficient largement aux grandes exploitations céréalières. Le syndicat accuse le gouvernement auquel appartenait M. Le Foll d'avoir créé une situation d'"impasse" et le nouveau gouvernement de ne "pas" avoir "honoré la continuité" de l'engagement de l'Etat, en finançant lui-même les mesures liées au développement rural. En clair, de ne pas avoir pris sur le budget national pour boucher le trou. Face à ces accusations, venant notamment du milieu des céréaliers, M. Le Foll souligne que "la contrainte budgétaire pèse sur tout le monde".

Et il rappelle ses choix politiques qui ont été de "réduire, par une répartion nouvelle des aides, l'écart entre les deux grands secteurs que sont l'élevage et les productions végétales, au profit de l'élevage, et entre les régions les moins favorisées et les mieux favorisées au profit des premières." Selon lui, le bouclage du budget "peut se faire et était prévu en sollicitant de manière modérée le premier pilier, celui des aides à l'hectare qui représente une enveloppe annuelle de plus de 7 milliards d'euros: Un point de prélèvement du premier pilier vers le second pilier ce sont 75 millions d'euros, soit 3 euros par hectare sur l'ensemble du pays" fait-il valoir. "Rien n'est donc impossible à qui veut bien regarder les choses en face sans polémiques inutiles mais avec des choix clairs pour l'avenir des agriculteurs et de notre agriculture" conclut-il.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 23

biere

La réforme de la Pac a été tres généreuse sur de nombreux points :
Elargissement des bénéficiaires dpb , aba , etc , etc … le bio ; les éleveurs laitiers , de moutons , de chèvres , etc , etc …

jean

l'impasse budgétaire est venue de dépenses inconsidérées prises sur le second pilier pour des financements en dehors des agriculteurs.Les dépenses autour du loup,les corridors,les trames .ça fait malade de voir des crédits votés par les conseils régionaux .Des contrat sur un territoire aussi élevé que ligne modernisation de l'Agriculture sur une grande région.
Le foll avec Ségolène ont été complics des décisions des majorités tenues par les verts en Régions

alain suite

Dans un pays complétement endetté avec un taux de chômage époustouflant qui vit au dessus de ces moyens, la manipulation de la pac permet de spolier complétement les gains de productivité de l'agriculture.Jusqu'où, ira t on paysan boucher, paysan epicier, paysan cuisinier, 2000 hectares par bonhomme.
Pompili, de rudy, hulot sont forts avec l'argent des autres.
les parents bobos sont forts avec les impôts locaux des autres pour réeclamer du bio pour la cantine scolaire pourtant chez eux c'est pizza, gosse devant la télé pendant que Madame est sur son portable avec les copines. Voilà l'agriculture fait les frais du société schizophrène où seul compte sa petite personne et ses loisirs.

alain suite

la vérité est que le budget de la pac sert à tout.
il sert à faire du gel pour les chasseurs
il sert à financer l'élargissement de l'europe
il sert à financer le dépassement du budget du satellite galilléo
il sert maintenant aux banques et assurances qui seront toujours gagnantes avec l'assurance récolte.
il sert à la trésorerie de l'état qu' manque d'argent avec les ATR, comme si bruxelles ne versait pas en tant utile les fonds pour la pac mais le décalage permet à Bercy une bouffée d'air


alain suite

Déjà les états généraux qui devaient trouver les solutions pour que la part de marge revenant aux agriculteurs augmentent, sont bia***s et ne sont plus le terme centrale et font la part belle à ceux qui voudraient du bio moins cher. Mme Lambert vous devez être ferme et intraitable avec les adhérents qui renient leur pratique d'hier. aucun décès à cause des nitrates.
L'agriculture est critiquée comme jamais depuis que les difficultés de nombreuses personnes augmentent s'imaginant les aides pac comme en plus.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier