Agriculture : Un secteur « stratégique » en plein marasme

B.BOUCHOT d'après AFP

Lait, fruits et légumes, bovins, porcs, viticulture : la plupart des productions enregistrent en 2009 une forte baisse des prix entraînant une chute des revenus des agriculteurs pour la deuxième année consécutive, une situation intenable pour un secteur « stratégique ».

La plus grave crise depuis 30 ans

Peu après son arrivée, le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, avait reconnu que l'agriculture française, la première en Europe et deuxième exportatrice au niveau mondial, était confrontée à sa plus grave crise depuis 30 ans.

La chute des revenus dans toutes les filières

Selon les premières estimations, le revenu moyen des agriculteurs devrait baisser de 10 à 20% en 2009. En 2008, le recul avait déjà été de 20%, en raison de la hausse des charges après la flambée du pétrole. Une chute d'autant plus brutale qu'elle intervenait après deux années fastes en 2006 et 2007.

- Après une embellie l'année dernière, les revenus 2009 des éleveurs laitiers devraient être inférieurs de 26 à 40% à ceux de 2007, selon les Chambres d'agriculture.

- Les producteurs de fruits et légumes sont aussi à la peine, devant s'adapter aux importations massives de pays concurrents dont les prix sont plus attractifs. Ils rencontrent des difficultés à exporter en raison de la frilosité des assurances-crédit. C'est le cas des producteurs de pomme, qui exportent la moitié de leur production, mais dont les prix se sont effondrés pour cause de stocks invendus. En 2008, le revenu des arboriculteurs avait déjà décroché de 37%.

- Les producteurs de bovins sont logés à la même enseigne : baisse des prix, crise sanitaire avec la fièvre catharale bovine, depuis trois ans le secteur est en berne. En 2009, le revenu devrait encore baisser de 45%, soit un revenu annuel par producteur de 6.300 euros, selon les professionnels.

- Le prix du porc atteint aussi un niveau « très critique », dépassant à peine
1 euro le kilo de carcasse alors que le prix d'équilibre se situerait autour de 1,15 le kilo. Une moindre consommation de viande et aussi les difficultés à exporter sont à l'origine des difficultés de la filière.

- Enfin, la viticulture ne tire pas mieux son épingle du jeu. En 2008, les revenus ont baissé entre 22% et 35% selon les productions, avec une chute marquée dans le Languedoc-Roussillon, le plus grand vignoble de France, en raison des aléas climatiques, de la baisse des cours, du recul des ventes en France, non compensé par l'export et des pressions des distributeurs pour des prix toujours plus bas.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier