Alcool : Pas d'argument convaincant pour recommander l'abstinence

SC

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) estime, dans un avis mis en ligne sur son site, qu'il n'y a pas lieu à ce jour de substituer aux recommandations actuelles de consommation d'alcool celle d'une abstinence totale.

Le HCSP avait été saisi en février par la ministre de la Santé, après la publication par l'Institut national du cancer (INCa) d'une brochure à destination des médecins, accompagnée d'un communiqué qui concluait que « toute consommation d'alcool est déconseillée ».

Ce guide « Nutrition et Prévention des cancers » se basait sur l'analyse de plusieurs centaines d'articles scientifiques pour affirmer que même un verre d'alcool par jour augmentait significativement le risque de certains cancers.

Fallait-il alors modifier la recommandation sanitaire actuelle pour les adultes, à savoir : pas plus de deux verres par jour pour les hommes et un verre pour les femmes (hors grossesse) ? « A ce jour, il n'y a pas d'argument convaincant pour justifier de modifier les recommandations actuelles basées sur des repères de consommation, en faveur d'une abstinence totale », conclut le HSCP.

Le Haut Conseil précise notamment que l'INCa, «a fait le choix de ne pas prendre en compte le possible effet protecteur d'une faible consommation d'alcool sur la survenue de maladies cardio-vasculaires». Elle souligne toutefois la nécessité d'encourager la poursuite des travaux scientifiques, afin notamment de préciser le risque attribuable aux faibles consommations d'alcool (pathologie cardiovasculaire et/ou cancéreuse) et d'examiner la relation bénéfice / risque de la consommation d'alcool à faible dose.

Le HSCP estime que la discordance dans les messages dessert, voire décrédibilise, les objectifs de santé publique.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier