Alimentation : Hausse de 4,4% du panier moyen en 2011

S C

Alimentation : Hausse de 4,4% du panier moyen en 2011

D’après le 6e Observatoire des prix, réalisé par Familles Rurales, le prix du panier moyen des consommateurs a augmenté de 4,4% en 2011, contre seulement 0,19% en 2010.

Globalement en 2011, un panier composé de grandes marques nationales a coûté en moyenne 177,06€ contre 130,38€ pour des marques de distributeurs et 98,18€ pour des premiers prix. Certains produits ont connu une flambée entre 2010 et 2011, comme les jus de fruits (+19% pour les grandes marques nationales, +28% pour les marques distributeurs et même 32% pour les catégories 1er prix).  

Les paniers de grandes marques nationales ont connu une hausse de 2,65% sur l’année passée, le prix des marques de distributeurs a grimpé de 4,14% et celui des 1er prix de 8,12%. Cette étude souligne les mauvaises performances des magasins hard discount : un panier de produits 1er prix a été payé 87,04€ dans les hypermarchés, 91,44€ dans les supermarchés mais 101,86€ dans les magasins hard discount.

La baguette de pain qui n’a augmenté que de 8,9% entre 2007 et 2011 chez les artisans, a connu une hausse de 23,2% pour la même période en grande surface.

Gérer la volatilité des prix des matières premières

A quoi faut-il imputer la hausse du panier moyen des Français ? A la hausse des coûts de l’énergie et à celle des charges dites de structure, répond Agritel dans un communiqué.

Les cours du pétrole sur New York sont passés de  90 USD/baril à 103 USD/baril entre le 1er janvier 2011 et aujourd’hui, soit 14 % de hausse ( 20 % en prenant en compte la parité euros /dollars). Les coûts liés à la main d’oeuvre ou encore ceux liés à la fiscalité et aux investissements ont également grimpé.

 Mais Agritel estime également que les acheteurs de la filière agroalimentaire ne prennent pas suffisamment en compte "les besoins de gestion de la volatilité des prix". En effet, les cours des matières premières  ont diminué sur une base annuelle, mais ils ont beaucoup fluctué, tout au long de l’année, pour atteindre un pic en début d’été 2011.

« Les opérateurs de la filière agroalimentaire doivent acquérir les compétences en matière de gestion de la volatilité des cours des matières premières pour diminuer les impacts sur les prix à la consommation, dans les années à venir, pour les consommateurs », estime le spécialiste des marchés des matière premières agricoles. .

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires