Alimentation : jusqu'à 8% de baisse de tarifs demandées aux industriels (Ania)

Avec AFP

Alimentation : jusqu'à 8% de baisse de tarifs demandées aux industriels (Ania)

La grande distribution demande des baisses de tarifs comprises entre 2% et 8% aux industriels de l'alimentation dans le cadre des négociations annuelles, a affirmé lundi Jean-Philippe Girard, président de l'Association des industries alimentaires (Ania).

"Les baisses sont de -2 à -8%, c'est incroyable !", s'est exclamé sur France Info le patron de l'Ania, qui a jugé que "vu la situation", notamment de l'agriculture française, "c'est inquiétant". "On voit le lait qui a progressé de 30%, les oranges qui ont progressé de 50% et en face des acheteurs qui disent :+écoutez, nous, c'est pas notre problème, on veut le même prix que l'an passé", a déploré M. Girard, qui craint que ça ne "met(te) en danger nos entreprises". Le responsable de l'Ania a également dénoncé l'"inflation des (demandes de) promotions, c'est à dire des produits supplémentaires pour animer les rayons pendant toute l'année". Les négociations, qui doivent aboutir à un accord pendant le salon de l'agriculture, sont cette année encore "très tendues", selon Jean-Philippe Girard.

"Déflations et des promotions supplémentaires"

Les industriels sont "pris en tenaille entre l'agriculture et des matières premières en forte hausse et des acheteurs de la grande distribution qui demandent à la fois des déflations et des promotions supplémentaires", estime t-il. "Je suis à la tête de l'Ania depuis 3 ans et demi et c'est à peu près à chaque fois la même chose (...) chaque année, on vient et on perd des marges", a-t-il ajouté. Il a par ailleurs assuré que les professionnels du secteur prenaient leur part d'efforts, affirmant que dans l'industrie, alors que la marge industrielle connaît une "restauration", celle de l'industrie alimentaire, en baisse, fait figure d'"exception". "Je voudrais surtout qu'on tienne compte de cette crise agricole", a déclaré M. Girard, pour qui "les acheteurs ne tiennent même plus compte de cette réalité économique" et ont "peut-être perdu les valeurs de la négociation", pour se focaliser sur le prix, au détriment du produit, de sa qualité.

Sur le même sujet

Commentaires 3

PàgraT

La grande distribution , la main sur le coeur dit défendre l'agriculture par la mise en place de filières qualité mais en coulisses presse le citron de tout son poids. Ces gens n'ont ni honte ni honneur!

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

il y en a qui croient au père-noêl .....

marc

la grande distribution et les grossiste doive reduire leur marge

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier