Altitude : Une initiative originale du groupe

L'union coopérative Altitude mise sur la génétique pour le compte de ses adhérents.

Le 10 février, l'Union de coopératives Altitude a porté des enchères à la station salers du Fau et a acheté deux taureaux à la sortie station. Cette acquisition ne remplace pas les options prises par l'Union Auvergne Limousin Charente (UALC) pour les deux taureaux “têtes de série” déjà réservés et qui partiront dans le circuit testage et insémination, mais vient en complément d'autres finalités. C'est la matérialisation d'un engagement nouveau de la coopérative en faveur de la race et de ses adhérents éleveurs de salers.

Fixer et réimporter la génétique localement

Quelques éléments de réflexion essentiels ont conduit à cette décision qui a germé au sein d'un groupe d'éleveurs salers mis en place depuis un an au sein d'Altitude. Premier constat : les animaux de haute valeur génétique, évalués à la station raciale, partent souvent à l'extérieur du berceau de race. La vente du 10 février en est encore un exemple puisque sur 24 taureaux qualifiés mis en vente, huit vont être exportés et sept ont été achetés par des éleveurs “hors berceau”. La question qui s'est posée était donc des moyens de “fixer” la génétique localement.

Méthodologie

Autre constat : les producteurs “sortent” maintenant dans d'autres régions qui ont beaucoup travaillé à partir de souches du berceau et principalement via les taureaux d'insémination. D'où une seconde question sur comment “réimporter” de la génétique localement. Par ailleurs, le groupe d'éleveurs a reconnu que malgré l'insémination animale qui offre des taureaux contrôlés sur la descendance - et donc avec une valeur assurée en matière de potentiel génétique -, le recours à la monte naturelle reste utilisé pour différentes raisons par un certain nombre d'exploitations. Mise à disposition des adhérents dès la fin de l'été Dans ce cadre, le choix d'un taureau sur des critères objectifs s'est avéré indispensable par les éleveurs salers adhérents qui jugent que la méthodologie mise en oeuvre par la station du Fau propose de bonnes indications quant à la mesure de la performance d'un candidat reproducteur. Restait le problème du coût de ces reproducteurs difficilement amortissable pour un éleveur individuellement. D'où la décision d'Altitude de se porter propriétaire, au cours de cette vente, de deux taureaux pour le compte de ses éleveurs. La mission d'achat a été confiée à Julien Fau, administrateur de l'Union. Ces taureaux, qui ont rejoint la station de quarantaine de la coopérative, vont suivre les protocoles sanitaires et techniques avant de rejoindre les élevages pour faire leur travail de reproducteurs. Dès la fin de l'été, ils seront mis à disposition d'éleveurs adhérents de la coopérative par voie contractuelle et selon un protocole et des critères arrêtés par le conseil d'administration qui viseront à “sélectionner” les éleveurs candidats en fonction de divers paramètres dont bien entendu leur engagement dans la coopérative.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier