Amap : Pas assez de producteurs en Ile de France pour répondre à la demande

B.BOUCHOT d'après AFP

Assaillies de demandes, les Amap (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne) de la région Ile-de-France peinent à fournir le panier hebdomadaire de fruits et légumes issus de l'agriculture biologique aux consommateurs franciliens, au moment où la filière fruits et légumes connaît sa pire crise depuis trente ans.

Succès des Amap

« En Ile-de-France, il manque une centaine de producteurs pour satisfaire la forte demande », indique Jérôme Dehondt, responsable du réseau Ile-de-France. En 2009, la région compte 123 Amap, soit environ 6.000 « amapiens » pour une soixantaine de producteurs. Et plusieurs milliers de particuliers sont sur liste d'attente pour adhérer.

Les Amap réunissent consommateurs et producteurs qui s'entendent sur la livraison d'une production agricole (légumes, fruits principalement mais aussi oeufs, lait et viande) pour une période donnée. Le montant du panier, entre 10 et 20 euros, est fixé et payé à l'avance, mettant l'agriculteur à l'abri des aléas. Chaque producteur peut tabler ainsi sur un revenu assuré d'environ 2.000 euros par mois.

« Difficulté d'accès au foncier »

En Ile-de-France, 35 sont actuellement en cours de création ou en recherche de producteurs. Mais, dans cette région, la rareté et la cherté des terres rend le développement des Amap difficile. « Le problème c'est la difficulté d'accès au foncier. Les terres agricoles sont trop chères. Quand il y a vente, les agriculteurs qui veulent mener ce type de projet sont en concurrence avec des producteurs qui veulent s'agrandir ou des personnes qui veulent bâtir », indique M. Dehondt.

Soutien des collectivités locales

Des signes encourageants apparaissent du côté des collectivités locales. « Des communes nous contactent pour mener ce type de projet et la région, principal financeur des Amap, vient de voter le 18 juin un plan de développement de l'agriculture biologique », ajoute M. Dehondt. Au niveau national, Michel Barnier, alors ministre de l'Agriculture et de la pêche, a annoncé mi-avril un plan pour favoriser la commercialisation de produits agricoles en « circuits courts », visant notamment à faciliter la formation et l'installation des agriculteurs intéressés par la vente directe.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires