« Annoncer un revenu prévisionnel 2015 en hausse est une véritable provocation » (FNSEA)

SC

« Annoncer un revenu prévisionnel 2015 en hausse est une véritable provocation » (FNSEA)
Selon ORAMA, le revenu 2015 des producteurs de grandes cultures "avoisinera zéro avant impôts et cotisations".

Les syndicats remettent en cause les comptes prévisionnels de l'agriculture pour 2015 qui tablent sur une augmentation des revenus des agriculteurs français cette année. Selon eux, il est impossible, début décembre, de simuler un résultat agricole pour l’année dans les conditions actuelles de volatilité.

« Annoncer un revenu prévisionnel 2015 en hausse est une véritable provocation. Qui peut, un seul instant, croire de tels chiffres, au regard de la situation économique exceptionnellement critique que vivent des dizaines de milliers d'agriculteurs ? » dénonce la FNSEA dans un communiqué.

Depuis plusieurs années le syndicat conteste en effet la méthode et les résultats de cette prévision de décembre, « systématiquement corrigée - et sévèrement - en juillet de l'année suivante, quand ce n’est pas un an après à la date des comptes définitifs » expliquent-ils.

« Cette publication de décembre n’a plus lieu d’être au regard de l’instabilité qui caractérise désormais notre activité. Elle doit être purement et simplement supprimée. Communiquer à tout (ou n'importe quel) prix ne pas être une fin en soi » conclut le syndicat majoritaire.

Coordination Rurale : « une année noire présentée en rose »

Même réaction de la part de la Coordination Rurale, qui estime que les résultats présentés sont « très approximatifs ». « Il devient mission impossible pour l'Insee de simuler un résultat agricole de la ferme France alors qu'une bonne partie des productions n'est pas vendue, avec des prix devenus très volatils, et quand se mélangent les productions dans leur grande diversité » écrit-elle dans un communiqué.

De son côté,  ORAMA, l'union des producteurs de grandes cultures (céréales, oléagineux, protéagineux) juge que l'estimation de l'Insee est "incompréhensible".  L'association affirme que le revenu moyen de ses membres sera "pour la troisième année consécutive (...) au plus bas de l'échelle" et qu'il "avoisinera zéro avant impôts et cotisations".

Les éleveurs laitiers s'attendent également à une véritable chute de leurs revenus courant avant impôt (RCAI) en 2015 : -40% en plaine et -50% en montagne, a signalé Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale de producteurs de lait. Des chiffres issus de projections réalisées par l'Institut de l’Élevage qui précise "qu'une perte du prix du lait de 50 euros/1000 litres génère une perte de recettes de 16.000 euros par unité de main d'oeuvre". Pour 2014, le revenu moyen des exploitations laitières a été de 24.700 euros.

Sur le même sujet

Commentaires 10

marin 347

l insee un conglomerat de fonctionnaire bon a rien ont si il vait le salaire des agriculteurs il y a longtemps qu ils seraient dans la rue

jean

Présenter hausse de revenus quand ça baisse ou qu'il ne reste plus Rien c'est grave.veut on défendre hausse des fermages indexer pour partie sur ces évolutions du revenu constaté par l'INSEE

freiheit

annoncer une hausse , de quoi? du nombre d exploitation en detresse financiere du nombre de suicides etc... les licenciements ca derange pas plus que ca y en ont tellement l habitude nos dirigeants!!! ke nos prix baissent normal la grande distribution doit pouvoir faire de grosse promo

Acid

Bah quoi moi mes revenus ont nettement augmenté je suis passé de -14000 l an passe a +4000 c est énorme surtout ramène a l heure , je n ai pas droit au ras j ai encore de l épargne ( quand j aurai la corde au cou j aurai droit , et pourtant c est sensé compensé le revenu pour des actifs) je n'ai pas droit aux aides caf c n-2 le revenu de référence par contre pour les jeunes l apl ce serait en fonction du revenu du mois dernier .....

CLOCHE215

bravo, merci et courage; ce sont mes vœux pour nos SYNDICATS !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier