AOC : Une usine à la mesure des enjeux... et des ambitions de LFO

Patricia Olivieri

AOC : Une usine à la mesure des enjeux... et des ambitions de LFO

Le groupe coopératif 3A a inauguré samedi dernier à Saint-Mamet, en présence d'Alain Marleix et de nombreuses personnalités, de nouveaux locaux de son site fromager majeur.

L'inauguration d'une nouvelle entité regroupant un magasin d'emballage, des frigos amont, un atelier de conditionnement et une plateforme d'expédition sur le site fromager LFO de Saint-Mamet, a pris samedi des airs de grande réunion de famille des AOC d'Auvergne. Un événement à la dimension du rôle que compte jouer le groupe coopératif 3A, via sa filiale Les Fromageries Occitanes (dont il détient 68 % des parts), dans la filière AOC cantal, dont il demeure leader avec 48 % de parts de marché. Réunion de famille qui sonnait également comme le temps de la réconciliation et de la reconnaissance retrouvée après des décennies de trouble du conflit Centrelait - 3A et la crise structurelle du groupe coopératif en 2003-2004.

Une rationalisation au service des AOC

La présence du secrétaire d'État à l'Intérieur, Alain Marleix, celle des deux députés cantaliens, du président de la Caba, des principaux responsables de la filière AOC cantal, du saint-nectaire..., sont venues confirmer le poids, en termes d'emplois (300 en tout sur Saint-Mamet) et de dynamique industrielle locale, que chacun reconnaît au groupe coopératif du Sud-Ouest. Pour les responsables des filières fromagères, il s'agissait également d'apporter une forme de soutien à une entreprise bien décidée à valoriser les savoir-faire de ses producteurs et salariés via des démarches de différenciation, telle l'appellation d'origine contrôlée. LFO, devenue filiale fromagère du groupe 3A en 1994, assure ainsi une production de près de 40 000 tonnes de fromages (chiffres 2007), dont plus de 29 000 tonnes d'AOC cantal (9 000 à Saint-Mamet). Ouverte aux débuts des années 90, l'usine de Saint-Mamet, dédiée à l'AOC cantal, vient donc de faire l'objet d'une nouvelle phase d'aménagements importants, guidés par une logique de structuration des différents sites industriels de LFO mais aussi par une stratégie d'anticipation et d'adaptation aux nouveaux cahiers des charges des AOC saint-nectaire et cantal. Et en particulier à une durée d'affinage allongée pour le saint-nectaire, d'où la nécessité de libérer de l'espace en caves.

Un leadership à affirmer

L'usine concentre ainsi l'ensemble des fabrications de cantal, emmental et fromages à pâte molle, l'affinage du cantal et salers, un centre de conditionnement coupe et libre-service ainsi qu'une plateforme d'expédition sur une superficie couverte de 28 000 m2. L'usine de Saint-Flour se consacrant elle au bleu d'Auvergne et à la fourme d'Ambert, celle de Lanobre au saint-nectaire et le site de Villefranche-de-Lauragais se spécialisant lui sur les petites portions et autres dés correspondants aux nouveaux modes de consommation. Par cette modernisation, 3A affirme plus que jamais sa volonté d'assumer son leader-ship sur les AOC d'Auvergne et le cantal, au lait cru en particulier, sans pour autant fermer les portes aux partenariats. Un signal intéressant à l'heure de la mise en oeuvre du décret AOC.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source journal L'Union du Cantal »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier