Apli : Les producteurs laitiers repartent à l'action

SC avec AFP

Des producteurs laitiers du Grand Ouest et du Nord de la France, membres de l'Apli, ont entamé des actions de « blocages filtrants » devant des laiteries.

Dans l'Ouest, les livraisons des laiteries de la Manche près de Villedieu-les-Poêles (Lactalis), et à Ducey (groupe Bongrain) près d'Avranches, ont été surveillées par des groupes d'éleveurs. «On ne perturbe pas la collecte locale mais on vérifie juste les produits qui entrent dans les laiteries, notamment les matières végétales telles que l'huile de palme utilisée parfois frauduleusement dans la composition de produits laitiers», explique André Lefranc producteur de lait membre de l'Apli (association des producteurs de lait indépendants) dans la Manche. «On veut plus de transparence dans la composition des produits pour nous-mêmes et pour les consommateurs», a-t-il ajouté.

Des actions similaires se sont déroulées dans le Calvados aux entrées de laiteries près de Bayeux, ainsi qu'en Mayenne, à Montmain, où une trentaine de producteurs de lait se sont rassemblés devant la laiterie Sofivo pour contrôler les marchandises des camions qui arrivaient. Les actions devraient se poursuivre dans les jours à venir, préviennent les membres de l'APLI qui réclament également un prix du lait plus favorable pour les producteurs.

Stopper les livraisons de lait étranger

Dans le Nord/Pas-de-Calais, les producteurs laitiers ont contrôlé les camions entrant dans l'usine Lactalis de Grand-Fayt, près d'Avesnes-sur-Helpe, afin de stopper d'éventuelles livraisons de lait étranger, payé plus cher aux producteurs, selon l'Apli. Les manifestants - qui n'entravent ni les entrées ni les sorties - ont prévu de faire le siège de l'usine jusqu'à l'obtention notamment de représentants de leur syndicat au sein de la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL). L'usine Candia de Cambrai devait être à son tour visée aujourd'hui.

Ces mobilisations s'inscrivent dans le cadre d'un appel national de cette association, pour réclamer une plus juste rémunération dans le contexte de crise du secteur. «Ça reprend parce que les laiteries ne nous paient toujours pas notre lait», selon Isabelle Dubois, productrice à Bonningues-les-Ardres, dans le Pas-de-Calais, département où des opérations identiques devraient toucher plusieurs laiteries d'ici la fin de semaine.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier