Après la fusion avec 3A, premier briefing pour la section Cantal Lozère Corrèze

Christian FOURNIER

Pour sa première assemblée générale après la fusion Sodiaal/3A, le président de la section Cantal Lozère Corrèze, Rémi Broncy, affichait un large sourire.

La démarche qualité, fortement soulignée, avec l’exigence que l’ensemble des exploitations soient au moins à l’étape 1 de “la Route du lait” en 2015.

C’est sous de bons auspices que Laurent Duplomb a commenté cette fusion, parlant d’un Sodiaal “bien armé et dont la capacité à l’export est importante pour affronter la suppression des quotas laitiers en 2015”. Et, tout en souhaitant inciter à la production de lait dans les zones AOP car “notre challenge est de faire augmenter la consommation AOP auvergnates et que le maximum de lait AOP soit transformé”, le président de région Massif central de la nouvelle entité coopérative, et de la section Haute-Loire, a fixé la règle : “Il ne faudra pas s’attendre pour autant à un prêt de quotas important”, l’objectif étant de répondre à la meilleure équation laitière possible. “La politique de Sodiaal, précisait-il, nous permet de décrocher des marchés très importants comme en Chine avec ses 1,5 milliard d’habitants dont 500 millions sont aussi riches qu’en Europe et qui ont le souci de la qualité alimentaire des produits.” La Route du lait(1) est en cela “un réel atout. Cette démarche qualité a du sens et il faudra aussi en faire prendre conscience à l’ensemble des agriculteurs car elle est applicable, quel que soit le produit”.

“Des moyens que nous n’avions pas…”

“Ce groupe (Sodiaal) a les moyens matériels et humains que nous n’avions pas(2)”, estimait, lors de cette assemblée générale de section à Laveissière jeudi, Rémi Broncy, pour qui la fusion est “une très bonne opération pour nos produits, notre territoire et nos producteurs”. Des perspectives plus particulièrement axées pour la section sur les AOP : “Notre section, qui bénéficie désormais de facilités de commercialisation et de transformation au sein de ce nouveau groupe, nous permet d’optimiser les choses et de nous rendre l’avenir un peu plus serein, notamment en termes d’AOP. Le “plus” volumétrique, confirmait-il, n’est pas la priorité, mais la valorisation si, et, à travers elle, “nous espérons accroître le développement, ce qui permettra d’améliorer la plus-value pour l’ensemble du territoire, la filière, mais aussi pour les producteurs, appelés à des revenus plus importants”. À l’avenir, précisait-il, “nous souhaitons enfin établir un lien entre la valorisation du produit et la valorisation du lait. Sodiaal va, pour cela, participer activement à cette réflexion avec d’autres opérateurs en interprofession”. Une première AG dont l’enjeu était enfin de “sentir la participation et le pouls des producteurs”, et, estimait le président, “à travers les questions posées, plutôt positives, ils partagent comme moi les bienfaits de la fusion”.

(1) Synonyme de plus value de 4,50 € pour les producteurs AOP et non AOP qui respectent les règles de l’étape 2. (2) En 2013, Sodiaal annonçait 4,6 milliards de chiffre d’affaires, 1 600 salariés et 590 usines. Après fusion, en 2014, l’estimation est de 5,4 milliards de chiffre d’affaires, 9 400 salariés et plus de 70 usines.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier