Arrêté anti-OGM : La commune de Wattwiller (Haut-Rhin) assigne l'Etat

La commune de Wattwiller (Haut-Rhin), dont l'arrêté anti-OGM avait été annulé par la justice, assigne vendredi devant le tribunal administratif de Strasbourg le ministère de l'Agriculture pour ne pas avoir établi de périmètre visant à protéger l'agriculture biologique des cultures OGM.

« Pour la première fois en France, l'Etat est poursuivi par une commune dans un dossier OGM », a indiqué Jacques Muller, sénateur-maire Verts de Wattwiller qui avait pris en juin 2005 un arrêté d'un an interdisant sur sa commune la culture d'OGM autour de parcelles biologiques. A l'époque, les cultures OGM commerciales, désormais interdites en France, n'étaient pas déclarées et l'arrêté avait été pris à titre préventif puis reconduit, a rappelé M. Muller.

La préfecture avait attaqué le second arrêté, finalement annulé en avril 2006 par le tribunal administratif au motif que les mesures d'autorisation portant sur la culture d'OGM relevaient de la compétence exclusive des ministres de l'Agriculture et de l'Environnement. « Le commissaire du gouvernement nous avait à l'époque suggéré de nous retourner contre l'Etat », à savoir le ministère de l'Agriculture, et « d'attaquer son éventuel refus d'instaurer un périmètre de sécurité » devant le TA, rappelle Jacques Muller.

L'élu avait adressé en juin 2006 au ministère une lettre demeurée sans réponse et dans laquelle il réclamait l'instauration du périmètre de sécurité autour des parcelles biologiques. Un mois plus tard, le ministère avait notifié dans une lettre son refus de mettre en place le périmètre, rappelle M. Muller qui avait fini par introduire en septembre suivant devant le TA le recours contre l'Etat.

Le délai entre le dépôt du recours et la date de l'audience - près de trois ans et demi - s'explique par les « réponses tardives » du ministère au début de l'instruction de même que par la longueur de la procédure du TA, observe M.Muller. La culture d'OGM à des fins commerciales est désormais interdite en France « mais l'affaire va être jugée sur l'état du droit au moment des faits », rappelle l'élu pour qui une condamnation de l'Etat « viendrait appuyer la nécessité d'instaurer des périmètres en cas de rétablissement de l'autorisation des cultures OGM ».

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier