Au congrès de la FNSEA : Bruno Le Maire souhaite une meilleure organisation des filières

Le ministre de l'Agriculture a annoncé, au congrès de la FNSEA, qu'il défendra à partir du 18 mai au Sénat le projet de loi sur la modernisation de l'agriculture (LMA). Il a demandé aux agriculteurs d'engager une meilleure organisation des filières.

Bruno Le Maire, venu clôturer le 64ème congrès de la FNSEA, qui se tenait du 30 mars au 1er avril à Auxerre, a tenu à répondre dès le début de son discours au président de la FNSEA Jean-Michel Lemétayer, lequel avait fait état auparavant de l'exaspération des agriculteurs sur des dossiers, comme l'environnement.

«A vous écouter on a parfois le sentiment que le ministre est soit la personnalité la plus inutile, soit la plus nuisible de l'agriculture française», a rétorqué M. Le Maire. «Je vais essayer de vous prouver que je ne suis pas totalement inutile, pas totalement diplomate, pas totalement politique mais tout simplement responsable», a-t-il ajouté.


Défendre le modèle alimentaire français

L'alimentation sera «au coeur» du projet de loi qui sera défendu en procédure d'urgence, a indiqué M. Le Maire, pour qui elle «est la chance de notre agriculture». Ce projet, annoncé il y a un an par Nicolas Sarkozy, mettra en place un programme national pour l'alimentation, a assuré M. Le Maire.

Il rendra obligatoire le respect des recommandations nutritionnelles dans la restauration collective, en particulier dans les écoles. Il favorisera le développement des circuits courts, «pour mettre fin aux aberrations que nous constatons tous : comme ces pommes de l'hémisphère Sud qui ont séjourné 3 mois dans un frigo et qui atterrissent dans les cantines des régions productrices de pommes», affrime Bruno Le Maire.

« Nous sommes prêts à modifier le code des marchés publics pour avancer dans cette direction. Nous sommes prêts à travailler étroitement avec les collectivités territoriales : les régions, les départements et les communes, pour trouver les solutions les plus efficaces », affirme le ministre qui dit également vouloir défendre le modèle alimentaire français.

Un modèle fondé sur un équilibre entre les aliments, «contre les attaques récurrentes dont font l'objet un jour la viande, un autre jour le lait, un troisième jour les fromages».

«Ici, en France, nous sommes tous paysans»

Le ministre a par ailleurs proposé une «nouvelle donne agricole» aux quelque 750 congressistes. Il leur a notamment demandé d'engager une meilleure organisation des filières pour «gagner en compétitivité et améliorer l'équité de la chaîne commerciale» face au pouvoir de la grande distribution.

«En retour, vous pouvez compter sur l'engagement total de l'État » pour «défendre une régulation européenne des marchés, qui sera la seule protection efficace contre la volatilité des prix mondiaux» et pour obtenir «une juste rémunération de vos efforts en matière de sécurité sanitaire et d'environnement», a-t-il poursuivi avant de conclure: « Ici, en France, nous sommes tous paysans ».

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier