Bâtiments, laisser entrer la lumière

CLASEL

Bâtiments, laisser entrer la lumière

Dans les bâtiments, une luminosité adaptée contribue à un bon équilibre physiologique de l’animal. Le temps d’acclimatation de la pupille d’un bovin étant environ cinq fois plus long que celui d’un homme, on veillera à un éclairage régulier et non éblouissant.

On recommande 10 à 12 % de la surface en translucides. Cette proportion est à adapter en fonction du temps de présence dans les bâtiments. Pour une utilisation sur la période estivale, la limite est entre 5 et 8 % afin d’éviter « l’effet de serre ».

La disposition se fait traditionnellement en damier, mais le bandeau est également possible. Dans tous les cas, l’éclairage s’effectuera en partie haute du bâtiment en évitant de le positionner aux endroits des logettes et de l’auge à cause des problèmes de chaleur et de condensation. L’apport de clarté par les longs pans du bâtiment est aussi intéressant, celle-ci est à raisonner avec la ventilation de celui-ci.

Le dôme éclairant est une solution intéressante uniquement pour les bâtiments d’une grande largeur ou à toiture isolée, mais ce système s’encrasse rapidement. Les tôles en polyester sont généralement les plus utilisées mais ternissent assez vite. En polycarbonate, elle assure une luminosité dans le temps avec une bonne résistance.

Pour l’éclairage artificiel les recommandations sont différentes selon l’activité qui y est effectuée. Ainsi une même lampe ne couvrira pas la même surface selon les besoins.

Bâtiments, laisser entrer la lumière

Il convient de prévoir un circuit distinct selon les zones à éclairer et de passer à un mode veilleuse notamment pour la surveillance nocturne.
Dans tous les cas on privilégie l’éclairage naturel, pour un confort de travail et des économies d’énergie.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier