Bilan de santé de la PAC : Quotas laitiers : des négociations compliquées

SC d'après AFP

La controverse autour de la suppression des quotas laitiers reprend de plus belle en Europe. La baisse des prix du lait et la grogne des producteurs compliquent les négociations en cours.

Les ministres de l'Agriculture de l'UE se réunissent mercredi et jeudi à Bruxelles pour tenter de trouver un accord sur le bilan de santé de la Politique agricole commune (PAC) : une série d'aménagements sont proposés par la Commission pour lever certaines contraintes à la production et rapprocher davantage le monde agricole des besoins du marché.

L'idée d'un relèvement progressif des quotas laitiers, avant leur disparition en 2015, est l'un des points les plus épineux. Des pays comme l'Italie, l'Espagne ou les Pays-Bas prônent une fin rapide de ces quotas, estimant que leurs éleveurs pourront sans problème absorber le surplus de production ainsi libéré. D'autres, emmenés par la France et l'Allemagne, estiment à l'inverse qu'une ouverture des vannes sans précaution menacerait l'avenir des zones d'élevage les plus fragiles.

Le ministre français de l'Agriculture Michel Barnier, dont le pays préside l'UE, a prévenu qu'il n'accepterait pas le relèvement des quotas sans des mesures d'accompagnement.

Vers un « fonds de soutien au lait » ?

L'exécutif européen propose de relever les quotas de 1% par an jusqu'en 2015. Berlin et Paris préfèreraient qu'un point soit fait, chaque année, en fonction de l'état du marché. Ils réclament surtout des aides compensatoires. L'Allemagne parle d'« un fonds de soutien au lait ». Bruxelles ne veut pas entendre parler d'argent supplémentaire des caisses de l'UE mais serait prête à accepter qu'une partie des subventions accordées aux États, au titre du « développement rural », puisse être reversée aux producteurs laitiers.

Les quotas laitiers ne sont pas la seule pomme de discorde des discussions :
la proportion de subventions directes à consacrer à l'avenir au développement rural et aux projets environnementaux, ainsi que la suppression de divers mécanismes de soutien aux prix agricoles, suscitent aussi la controverse.

Publié par SC d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier