Bilan santé PAC : La FNSEA veut maintenir les outils de gestion de marché

SC

La FNSEA demande le maintien des «outils de gestion de marché» (intervention, jachère, quotas) après le bilan de santé de la PAC qui doit être adopté au second semestre 2008, lors de la présidence française de l'Union européenne.

«La volatilité des marchés n'est pas supportable et la puissance publique doit pouvoir intervenir avec efficience quand la situation l'exige», estime le principal syndicat agricole dans une motion adoptée lors de son 62ème congrès à Nantes. La FNSEA estime en particulier que l'évolution des quotas laitiers, jusqu'en 2015, doit rester liée à l'état du marché et non à des «considérations d'arbitrage aveugle entre les uns et les autres ».

Le syndicat s'oppose également au système de prime unique que promeut la Commission et qu'applique la majorité des partenaires européens. Selon la FNSEA, beaucoup de pays de l'UE considèrent «le droit à paiement unique (DPU) comme une assurance tous risques, une réponse à toutes les difficultés et aléas rencontrés par les exploitations».

Non au « tout DPU »

Plutôt que le « tout DPU », la FNSEA défend un système qui permettrait d'introduire de la flexibilité dans l'utilisation des soutiens du premier pilier. Objectif : donner la possibilité de redistribuer une part des aides directes vers des productions qui n'en bénéficient pas ou peu. « Il faut pouvoir répondre à la diversité des situations territoriales, des filières et des systèmes de production, en particulier herbagers » déclare Jean-Michel lemetayer, président de la FNSEA.

Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier