Bio : un projet de nouveau règlement qui inquiète

Raphaël Lecocq

La révision du règlement bio européen est entrée dans une phase décisive. Dans quelques jours, une réunion cruciale aura lieu au cours de laquelle les États membres se prononceront sur la suite à donner à ce processus. Décryptage de ce règlement avec Thierry Stoedzel, directeur général de l’organisme de certification Ecocert France.

En 2012, la Commission européenne a enclenché un processus de révision du règlement de l’agriculture biologique. Thierry Stoedzel, directeur général de l’organisme de certification Ecocert France, s’interroge sur les tenants et les aboutissants du projet de nouveau règlement bio. Objectif affiché : favoriser l’essor de la production sans rien renier des fondements de l’agriculture biologique et sans risquer d’altérer la confiance des consommateurs. Une intention noble mais qui n’est pas dénuée de contradictions, comme l’illustrent par exemple les aspects touchant aux contrôles. 

Pour alléger la charge financière et administrative des producteurs, le contrôle obligatoire aurait lieu tous les deux ans et non plus tous les ans. Une certification de groupe pourrait également être mise en œuvre. En contrepartie, l’obligation de moyens, qui régit l’agriculture bio depuis ses origines, cèderait la place à une obligation de résultats. Et alors ? En cas de contamination accidentelle par des pesticides extérieurs à l’exploitation, les produits seraient susceptibles de perdre le label bio dès lors qu’ils dépasseraient les seuils en vigueur.

Pour en savoir plus :

Évolution du règlement bio : les trois points qui bloquent

Sur le même sujet

Commentaires 5

@bof

Tu as déjà vu quelqu un essaye de toucher la bible, pour les théologiens c ça le bio

bof

il faut savoir ce que l'on veut: une AB pour bobo, un marché de niche... ou bien l'AB est considérée comme une solution au problèmes agro environnementaux voir meme baisser la sur- production qui entraine la baisse des court, voir meme améliore la santé ....dans ce cas il faut discuter de l'organisation de cette agriculture!!! je suis controlé tous les ans alors que des agri qui ne savent pas règler leur pulvé ????? ( tous neuf avec certificat bien sur!)

fred

début de la fraude et du laissez faire....
une marque de produit bio pour le petit déjeuner se vante sur ses paquets d'utiliser de l'avoine bio pour ses flocons, avoine produite par la coopérative cerepy devenue yvanoe; or dans cette coop il n'y avait pas de filière bio.
a vouloir faire du marketing et de l'argent ce sera que magouille via les certificats bio d'un pays et la transformation dans d'autre pays

CRASH38

J'aimerais bien avoir une licence en agriculture biologique autrement qu'en étant "licencié des galeries Lafayette" ou de grands groupes pharmaceutiques.
Oui, une grande université d'agriculture biologique avec des professeurs certifiés par des professeurs certifiés en agriculture biologique avec un organisme certifié en agriculture biologique lui-même certifié par des certificats ... Bon ça va ! Ya Ka aller en Ukraine, sur les terres noires et voir ce qu'on arrive à produire sans entrant ! Sans entrant parce qu''il n'y aucun moyen d'en importer et que si les cultivateurs pouvaient en obtenir, il n'y aurait pas assez de silos pour stoker les excédents de récolte et nourrir le monde (sans effondrer les cours des céréales) !

DOPFF FRANCIS "ACCES84"

Pour une fois qu'on a un secteur qui marche, il faut qu'on le chamboule !
Comme s'il n'y a avait pas en agriculture assez de choses qui ne marchent pas à améliorer...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier