Biocarburants : Un « coupable idéal » mais pas toujours responsable

SC

La flambée des matières premières agricoles et les émeutes de la faim ont fait des biocarburants « un coupable idéal », mais la production européenne est différente des projets américains et brésiliens, se défendent les professionnels français du secteur.

« Il faut regarder les spécificités qui entourent les projets », a soutenu Philippe Tillous-Borde, directeur général de Prolea, la filière française des huiles et protéines végétales, au cours d'une rencontre avec la presse à Bruxelles.

Il rappelle que la première génération de biocarburants en Europe représentera, à terme, 7% des terres agricoles. «Mais chaque litre de biodiesel produit permet de générer 1,5 kg d'aliments pour les élevages » explique-t-il. Des aliments qui permettraient de remplacer les tourteaux de soja importés du continent américain, principalement du Brésil et d'Argentine.

Les professionnels français estiment donc que la politique européenne est équilibrée puisqu'elle «vise à réduire la dépendance envers une production dont dépend l'élevage et cherche à résoudre les problématiques posées par le réchauffement climatique».

L'Union européenne s'est fixée un objectif de 10% de biocarburants pour la consommation de son parc de véhicules en 2020 dans le cadre de son plan de lutte contre le réchauffement climatique. En France, 2,5 millions d'hectares d'oléagineux seront cultivés en 2010 pour la production d'huiles alimentaires et l'incorporation de 7% de biodiesel dans les gazoles.

Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier