Bretagne : Algues vertes : «Un plan d'action inefficace et dévastateur»

SC

Le gouvernement a présenté en conseil des ministres les grandes lignes de son plan contre les algues vertes. Des mesures immédiatement critiquées par la profession agricole bretonne.

Ce plan, qui représente un montant de 134 millions d'euros sur la période 2010-2014 a pour principal objectif d'assurer « une gestion irréprochable des algues vertes échouées en améliorant leur ramassage et leur traitement». Les mesures visent aussi à « réduire les flux de nitrate vers les côtes », notamment en modifiant les pratiques agricoles, en mettant en place la traçabilité des flux d'azote ainsi qu'en renforçant les contrôles. Un dernier volet prévoit d'améliorer les connaissances sur le phénomène de prolifération des algues vertes et sur les moyens de leur valorisation.

Par la voix du CAP (Comité pour une agriculture positive), une structure émanant des organismes professionnels majoritaires, les agriculteurs, inquiets de devoir supporter de nouvelles contraintes ont immédiatement réagi. « La Profession agricole jugent ces mesures inefficaces et craint qu'elles mettent en danger la pérennité des exploitations familiales typiques de la Bretagne » explique le CAp dans un communiqué.

Il insiste sur la « co-responsabilité » des collectivités vis à vis des algues vertes, évoquant des «stations d'épuration pas aux normes» et «assainissements insuffisants » .

Le CAP estime également que les mesures expérimentales proposées sur les bassins versants de St Brieuc et de la Lieue de Grèves ne doivent pas être généralisées à l'ensemble des baies touchées par les algues vertes en Bretagne.

Le CAP insiste enfin sur la nécessité de mener de nouvelles études par des « scientifiques indépendants et neutres » pour déterminer les mesures les plus efficaces pour les baies concernées.











Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier