Bretagne : Remettre sur le marché les stocks d'intervention de céréales

SC

Les fabricants d'aliments (Afab*) et les Organisations de producteurs de viande de Bretagne (Ugpvb*) demandent la remise en marché de stocks européens d'intervention de céréales et la suppression totale des droits de douane à l'importation dans l'Union Européenne.

Dans un communiqué, les deux organisations s'interrogent sur le fait que la commission européenne attende encore quelques semaines avant de décider la remise sur le marché de stocks de céréales, notamment des 2,7 millions de tonnes destinés au marché.

Le commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos a en effet annoncé son intention de remettre sur le marché des céréales les stocks d'intervention européens « avant la fin de l'année ». Ses services attendront la fin octobre pour avoir une idée plus précise de la situation sur le marché européen avant de prendre une décision d'interventions.

Les stocks de l'UE s'élèvent à 5,3 millions tonnes dans l'UE (230.000 tonnes de blé et 5,070 millions de tonnes d'orge).

Suppression totale des droits de douane

Une décision qui, selon eux, «pénalise gravement le bassin viande de l'Ouest, déjà très affaibli par les nombreuses distorsions de concurrence ». La remise en marché de stocks européens d'intervention de céréales pourrait modérer la hausse des prix. «N'oublions pas que des milliers de tonnes de céréales sont actuellement stockés à l'intervention en Bretagne, avec le soutien financier des fonds publics !» affirment-ils

Autre demande : la suppression totale des droits de douane à l'importation des céréales (sorgho, seigle…) dans l'Union Européenne, « une mesure indispensable aux filières de productions animales afin d'optimiser leur approvisionnement ».



Les prix des tourteaux en hausse de 10%

Depuis juin, les prix du blé, de l'orge et du maïs, rendus Bretagne, ont augmenté de plus de 80 € / tonne, soit une hausse de plus de 50 à 60%. Ceux des tourteaux de colza, de soja mais aussi de tournesol ont progressé de plus de 10 % alors même que le cours du tourteau de soja est déjà à un niveau supérieur à 300 € / tonne depuis maintenant plus d'un an et demi.

« Cela se traduit par une flambée du prix de l'aliment pour l'élevage : 70 à 80 € /tonne entre juin et septembre pour les porcs et la volaille », estiment-ils. Durant cette même période, le cours du porc ne cesse de baisser et la filière volaille a de grandes difficultés pour passer des évolutions tarifaires à la distribution.

« Cette augmentation des prix soudaine et brutale intervient alors que, aux dires des experts, les greniers de l'Europe sont pleins. L'élevage ne peut être la victime de la spéculation. L'Europe doit réagir pour réguler les marchés des matières premières » concluent-ils.

* AFAB : Association des Fabricants d'Aliments du Bétail
UGPVB : Union des Groupements de Producteurs de Viande de Bretagne

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier