Bruno Lemaire : Renoncer à la PAC : « Un risque majeur » pour l'Europe

Renoncer à la politique agricole commune (PAC) pourrait représenter un risque majeur pour l'Europe en terme de sécurité alimentaire, a déclaré le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire dans une interview accordée au Monde.

Le ministre a tenu ses propos à la veille d'une réunion à Paris de 22 pays européens favorables à une régulation des marchés agricoles, organisée à l'initiative de la France, et dont l'objectif est d'affirmer « haut et fort que nous sommes favorables à une PAC forte », a-t-il expliqué.

« Nous sommes ouverts à toute proposition de refondation de la PAC, du moment qu'elle nous permette de répondre à des objectifs essentiels, notamment celui de nourrir 500 millions d'Européens », a ajouté le ministre.

Selon lui, « si jamais nous renoncions à la PAC, nous prendrions un risque majeur pour les Européens », car le but de celle-ci est d'assurer la sécurité alimentaire en Europe.

Cette réunion, à laquelle ne prendront pas part le Danemark, le Royaume Uni, la Suède, les Pays-Bas et Malte réputés libéraux, intervient au moment où certains pays européens appellent à une forte réduction des dépenses liées à la PAC.

« C'est une très mauvaise méthode de se dire que pour faire d'autres politiques, dont je reconnais le caractère stratégique -comme l'éducation ou la recherche...-, il suffit d'aller prendre de l'argent à la PAC », explique le ministre français.

« L'Europe a fixé les règles plus strictes en matière sanitaire et environnementale. Si nous renonçons à la PAC, nous renonçons aussi à cela », conclut-il.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier