Bruxelles : proposition de réduction de 5% des aides directes en 2014

Bruxelles : proposition de réduction de 5% des aides directes en 2014

La Commission européenne a adopté mardi une proposition visant à réduire de près de 5% une partie de l'enveloppe des paiements directs qui seront versés aux agriculteurs en 2014, a-t-on appris auprès de l'exécutif européen.

La proposition de l'exécutif européen vise à réduire de 1,47 milliard d'euros, soit 4,98%, le montant des aides directes qui seront versées en 2014 aux agriculteurs pour les demandes relatives à l'année 2013. Seuls les premiers 5.000 euros d'aide seraient exemptés. "Ce projet de budget sera probablement le budget que nous aurons en 2014. Il constitue notre hypothèse de travail", a-t-on expliqué à la Commission.

C'est la première fois que la Commission active ce mécanisme de discipline financière. Elle a justifié sa décision en raison de la révision à la baisse du projet de budget de l'UE pour la période 2014-2020. Le projet de budget adopté par le Conseil européen prévoit de réduire de 12% le budget alloué à la Politique agricole commune (PAC) pour les sept prochaines années, soit 373,2 milliards d'euros, dont 277,85 milliards d'euros pour les aides directes et les mesures de soutien au marché. Pour 2014, le plafond serait fixé à 41,59 milliards d'euros. 

Dans cette enveloppe a également été incluse une réserve de 424,5 millions d'euros pour les crises éventuelles dans le secteur agricole, comme lors de la contamination de graines végétales par la bactérie E.coli en Allemagne en 2011, ce qui réduirait d'autant les montants à allouer au titre des paiements directs l'an prochain.

La proposition sera soumise au Conseil et au Parlement européen. Faute d'accord d'ici à la fin juin, notamment sur le seuil d'exemption, le dernier mot reviendra à la Commission. Cette dernière révisera à nouveau cet automne ses prévisions en matière de paiements directs et de mesures de marché pour l'an prochain, ce qui pourrait mener à un nouvel ajustement du taux de discipline financière. 

Cet ajustement ne s'appliquera pas à la Roumanie et à la Bulgarie, ainsi qu'à la Croatie qui rejoindra le bloc communautaire en juillet, le régime des paiements directs n'étant pas encore totalement déployé dans ces trois pays.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

moure

tu as raison merise , quand on fais la modulation on applique un pourcentage a tout le monde comme ca les gros loby betteraves cereales des grands bassins de productions qui devraient etre plus impacté ne le sont pas ...il faut les menager les pauvres
et tu as raison sur tes soi disant defenseur , les gentils fédés attendent pour reprendre des fermes en plus ca passe mieux en commission quand on est du bon bord

gara

rien a ajouter tout a fait d'accord avec merisse 330 vive les grosses exploitations et les syndicats qui ne fouttent rien... pour les petites et moyennes structures on nous laisse crever pour pérenniser ceux qui n'en n'ont pas besoin.

merise330

que l on diminue les plus grosses primes d accord mais que l on ne touche pas aux pettites structures elles on besoin de toutes les aides pour pouvoir survivrent a moins que l on veuille deliberament les rayer de la carte ce qui ne serait pas impossible de plus quels sont nos representants agricoles ils sont tous issus de grosses structures faut pas rever charite bien ordonnee commence toujours par soi meme comme d habitude nnous les petites exploitations continuerons a tirer le diable par la queue pour nourrir nos familles en attendant qu un de nos soi disant defenseur vienne nous croquer!!!!!

fairytales

tu comprendras bien que 2 ou 3 centimes en plus sur le litre de lait du consommateur c'est intolerable ....le bon paysan que l'on maintient a peine la tete hors de l'eau pour qu'il puisse produire c'est bon pour eux ... agriculture variable d'ajustement du budget de menage francais... faut il organiser la penurie au niveau europeen , ce serait une bonne leçon

jobi

Il faut bien que tout le monde paie les dettes de l'europe,mais enfin quand est ce qu'on se rendra compte qu'il faudrait reglementé la concurrence à force d'etre obliger de produire à bas prix por etre competitifsur les marches mondiaux on se privent de marges de tresorerie ainsi on a plus aucun moyen pour investir dans de nouveaux produits

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier