Budget européen : dialogue de sourd à Bruxelles

Budget européen : dialogue de sourd à Bruxelles

La négociation sur le budget pluriannuel de l'UE pour la période 2014-2020 a tourné au dialogue de sourds lundi à Bruxelles entre partisans et opposants d'une réduction, hypothéquant les chances d'accord pour le sommet extraordinaire convoqué les 22 et 23 novembre.

Une enveloppe fixée pour sept ans

L'enveloppe globale du budget de l'UE est fixée sur sept ans et constitue le principal mécanisme de redistribution au sein de l'Union. La Commission européenne a proposé en juillet un budget pluriannuel de 1.033 milliards d'euros en crédits d'engagements et de 987 milliards en crédits de paiements pour la période 2014-2020 afin de tenir compte de l'adhésion de la Croatie, soit une hausse de près de 5% par rapport à la période 2007-2013.

"Beaucoup de questions restent controversées, surtout la réduction de la politique de cohésion et la réduction des aides directes à l'hectare dans la Politique agricole commune", a résumé la présidence chypriote à l'issue des interventions des ministres chargés des Affaires européennes.

Les prises de positions des 27 ministres et de la Commission ont, pendant près de 3h, opposé les contributeurs nets - Allemagne, France, Royaume Uni, Suède, Finlande, Pays-Bas, Autriche -, partisans d'une réduction du futur budget de l'UE pour 2014-2020, aux pays les plus pauvres.

Mais les contributeurs nets, eux-mêmes, sont en désaccord sur la manière d'influencer la négociation.

L'Allemagne est la plus radicale. "Toutes les rubriques doivent baisser", a affirmé son représentant, le ministre des Affaires européennes Michael Link, qui a également signifié "le refus de toute nouvelle taxe européenne".  "L'Allemagne est le plus gros contributeur net, et nous voulons une répartition des charges plus équitable, ce qui signifie des corrections y compris sur la ristourne accordée au Royaume Uni", a-t-il insisté. La Suède a fait écho à cette demande. "Aucun domaine de dépense ne doit être exonéré d'économies", a soutenu Birgitta Ohlson.

Pas question, a rétorqué le ministre britannique David Lidington. Il s'est toutefois montré moins tranchant que lors de ses déclarations à la presse à son arrivée. "Si nous baissons les dépenses, la conséquence est une réduction de notre rabais", a-t-il déclaré devant ses homologues. Le Royaume Uni est en revanche, comme l'Allemagne, catégoriquement opposé à toute nouvelle ressource propre. "Faire des propositions est une perte de temps", a averti M. Lidington.

Le ministre français Bernard Cazeneuve, partisan de ces nouvelles ressources, n'a pas caché sa déception devant cette opposition et un "très fort mécontentement" devant la tournure de débats. "La Politique agricole commune ne servira pas de variable d'ajustement", a-t-il affirmé.  L'argument lui a été retourné par les pays bénéficiaires des aides à la cohésion, choqués par la proposition de réduire les soutiens aux régions qui ont comblé une partie de leur retard de développement.

Le président de l'UE, Herman Van Rompuy, a convoqué un sommet extraordinaire les 22 et 23 novembre sur le budget européen. "Différentes tendances s'affrontent et nous avons peu de marge de manoeuvre, mais nous allons tenter dans la mesure du possible de trouver un accord pour le sommet extraordinaire", a déclaré Andreas Mavroyiannis au nom de la présidence chypriote.

Source Afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires