Budget ministériel : - 3,2% pour l’Agriculture et l’Agroalimentaire

S C

Budget ministériel  : - 3,2% pour l’Agriculture et l’Agroalimentaire
(photo Xavier Remongin-Min.agri.fr)

Dans un contexte global de baisse du budget gouvernemental, le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire annonce une diminution de 3,2% de ses crédits pour l’année 2014 par rapport à ceux de 2013. Une baisse compensée pour les agriculteurs par l'augmentation des crédits alloués dans le cadre de la nouvelle Politique agricole commune (PAC) pour la période 2014-2020.

Pour la deuxième année consécutive, le budget du ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire en France va subir en 2014 une réduction de son budget global de 3,2% pour s'élever à 4,9 milliards d'euros, enseignement agricole et recherche compris (contre 5,1 milliards l'an passé). La baisse sur le seul poste de l’Agriculture s’élève à 5% par rapport à  2013. A Bercy, on annonce une baisse de près de 7% à 2,9 milliards d'euros (hors pensions des fonctionnaires).

Mais le ministre Le Foll l’assure : « cette diminution ne se fera pas au détriment des agriculteurs » puisque la majorité des efforts consentis porte d’abord sur le budget de fonctionnement du ministère qui devrait diminuer de 6%. Globalement, la masse salariale supportée par le ministère va baisser de 260 personnes.

Par ailleurs, la baisse des crédits nationaux destinés à l'élevage est liée au transfert de certaines aides du budget national vers le budget communautaire. "Des nouveaux taux de cofinancement de l'Union européenne génèrent des économies sur le budget national", explique le ministre. C’est le cas notamment de la part nationale de la prime à la vache allaitante (PNSVA), dont le financement (100 millions d'euros) sera désormais assuré par l’Union européenne, via la nouvelle PAC, comme les autres aides couplées.

Les crédits pour le paiement de la Prime herbagère agroenvironnementale (PHAE) seront assurés par le ministère pour 2014, mais devraient être pris en charge dès 2015 par l’Union européenne dans le cadre de leur intégration dans les indemnités compensatoires de handicap naturel (ICHN). Globalement, les crédits consacrés aux mesures agro-environnementales sont en augmentation de près de 15M€.

Priorité à l’élevage et à l'installation

« Nous avons décidé de garder dans ce budget les moyens consacrés à l’élevage et à l’installation dans la lignée de la future PAC", assure Stéphane Le Foll. L’installation voit son budget maintenu à 300 millions d’euros pour "garantir un soutien aux  6.000 agriculteurs qui devraient s’installer en 2014". Le dispositif d'exonération des charges patronales pour les travailleurs occasionnels-demandeurs d'emplois est également reconduit et le crédit d’impôt compétitivité monte en puissance pour permettre un allégement supplémentaire du coût du travail.

Par ailleurs, le budget 2014 augmente de 1,5% les crédits à l'enseignement agricole (1,7 milliard d'euros), ce qui permettra la création de 150 postes supplémentaires dans l'enseignement technique agricole à la rentrée 2014 et 20 dans l'enseignement supérieur.

Le ministère insiste aussi sur la préservation des moyens alloués à la sécurité sanitaire de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Une précision importante après les récents scandales qui ont émaillé l'année. Enfin Bercy a ménagé une enveloppe de 216 millions d'euros pour la forêt et les missions de l'ONF, dont la création d'un "fonds stratégique forêt-bois pour l'adaptation au changement climatique et le développement de la filière bois", annoncé par le président Hollande lors de la conférence environnementale.

infoBudget_cle08989f-1

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires