Budget prévisionnel FranceAgriMer 2011 adopté

Le budget prévisionnel de FranceAgriMer a été adopté fin décembre. Celui-ci n'avait pu l'être lors de sa première présentation qui avait entraîné une vigoureuse réaction de la Fédération nationale des producteurs de fruits, de l'Union nationale des producteurs de pomme de terre et de Légumes de France, la ligne consacrée aux fruits et légumes voyant une réduction de 50 % des moyens financiers de promotion et de 25 % pour l'ensemble des autres actions.

Les organisations professionnelles avaient demandé à Bruno Le Maire de revoir sa position et « de convaincre le gouvernement de redonner au budget de FranceAgriMer de quoi soutenir les filières des fruits, légumes et pomme de terre comme il se doit ».

Le budget adopté fin décembre a été présenté au même niveau de dépenses et de recettes que la version précédente, soit 750 millions d'euros de crédits d'intervention communautaire et près de 300 millions d'euros de crédits d'intervention nationale. Toutefois, il a été procédé, au titre des actions d'intervention, au redéploiement de 3,15 Meuros au profit du fonds viticole (2 Meuros), des aides aux exploitations (330 000 euros), des aides à l'organisation économique (370 000 euros), des aides à l'expérimentation (300 000 euros), ainsi qu'à la promotion-communication (150 000 euros).

Par ailleurs, les plans de développement deviennent désormais des plans stratégiques dont le périmètre est élargi au soutien global des filières concernées. Leur contenu sera défini en concertation avec les conseils spécialisés. « Dans un contexte général de maîtrise des dépenses publiques, ce budget va permettre de favoriser l'adaptation des filières et de développer leur transversalité, tout en améliorant leur compétitivité. La fongibilité obtenue entre les lignes budgétaires permettra au Conseil d'administration de jouer pleinement son rôle d'orientation et d'arbitrage entre les filières », mentionne FranceAgriMer.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier