Budget Sécu : mesures sur les agriculteurs votées à l'Assemblée

Budget Sécu : mesures sur les agriculteurs votées à l'Assemblée

L'Assemblée nationale a voté mercredi soir des mesures visant les agriculteurs dans le projet de budget de la Sécurité sociale 2014, au grand dam de la droite, qui les a longuement combattues.

Pour financer la revalorisation des petites retraites des agriculteurs, l'article 8 du texte entend mettre fin à "des pratiques d'optimisation" fiscale et recueillir 168 millions d'euros en régime de croisière.

Pour les agriculteurs détenant leur exploitation dans le cadre d'une société avec des membres de leur famille, il est prévu de réintégrer dans les cotisations sociales une partie des gains de l'exploitation distribués au conjoint et aux enfants mineurs.

L'UMP, qui a défendu sans succès nombre d'amendements de suppression, a dénoncé, entre autres, "un prélèvement indécent sur les agriculteurs qui vont eux-mêmes payer la petite revalorisation de leur retraite".

Ses élus ont crié à "la trahison" de la promesse de campagne de François Hollande selon laquelle "les hausses de retraites des agriculteurs seraient financées par la solidarité nationale". 

Le rapporteur, le socialiste Gérard Bapt, a rétorqué que "l'objectif est au contraire d'honorer la promesse de revaloriser les petites retraites" et que la mesure ne vise pas "le petit agriculteur derrière sa charrue" mais "des associés ne participant pas aux travaux".

Le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve a souligné que la mesure "rétablissait l'égalité devant les charges sociales dans toutes les exploitations" et étendait "un dispositif mis en place par la précédente majorité en 2009 pour les professions libérales".

L'article 10 du projet de loi, qui prévoit la création d'une cotisation déplafonnée d'assurance vieillesse de base pour le régime social des indépendants (RSI), a aussi suscité de vives attaques de la droite, qui a plaidé pour le supprimer.

"Alors que les commerçants et artisans, premiers employeurs de France, souffrent (...) vous les encouragez à tirer le rideau!", a lancé l'UMP Jean-Pierre Door, évoquant comme d'autres le risque d'une dévitalisation accrue des centres-villes.

La défense de ces indépendants ne relève pas d'un "poujadisme larvé" mais reflète "une inquiétude", a assuré Annie Genevard (UMP), tandis que Bérangère Poletti (UMP) a glissé que "ces professionnels écrasés de travail et de charges bien souvent se tournent vers des solutions que nous ne souhaiterions pas voir dans notre pays".

L'UDI Francis Vercamer a aussi critiqué "un alourdissement permanent de la taxation des indépendants".

Récusant toute "pénalisation" de ces indépendants, des "commerçants et artisans, qui travaillent beaucoup, parfois durement", le ministre a jugé "normal qu'ils soient appelés à contribution", notamment "à partir du moment où nous souhaitons sauver leur système de retraite". Il a déclaré que "le niveau de salaire annuel à partir duquel se fera le prélèvement sera de 37.000 euros, soit quelque 3.000 euros par mois, très loin du Smic".

Epinglant des "inquiétudes surjouées", M. Bapt a affirmé que la mesure ne concernera que les "24% d'artisans et 22% des commerçants dont les affaires les plus solides".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

lesserresdellarossa31

bonjour,
Travaillant avec mon époux sur l'exploitation depuis 19 ans, je cherche du travail afin d'avoir un salaire fixe pour notre foyer, car l'exploitation ne nous permet plus d'avoir suffisamment de revenus, alors que nous avons des employés, une activité qui fonctionne bien.
Nous allons fêter les 60 ans de l'exploitation en 2014, nous avons traversé bien des moments difficiles : Incidents climatiques, problèmes de santé, disparition des parents, nous avons toujours relevé les défis, mais à 50 ans, des enfants trop jeunes pour envisager une reprise, notre énergie s'épuise.
Attention aux exploitations sans repreneur, nous n'arriverons avec le rythme effréné actuel, à 65 ans, c'est sûr!
Bon courage à toutes et à tous

ANEMONE302

Si les retraités d'aujourd'hui,actifs aux début des années 50 vous aviez acceptés d'adhérer au régime général nous n'en serions pas la.A cette époque les agriculteurs étaient très nombreux et ne voulaient pas payer pour les enfants des autres (expression que j'ai maintes fois entendu de mes parents et grand parents).Dans le 16 les cotisatons MSA ne représent que 16 pour cent des prestations ,la roue a tourné nous pouvons dire merci aux représentants professionnels de l'époque,hélas ceux d'aujourd'hui ne sont guère plus clairvoyant et pas plus objectifs.

CLOCHE251

vivement des chefs d entreprises a la tete de notre gouvernemt

grigri

catastrophique ce gouvernement on va finir dans le mur ...ce n'est même pas une question de droite ou de gauche, ce sont nos élus qui ne tiennent pas la route

natmat

ou vat on ??? taxer ceux qui travaillent,des createurs d'emplois,c'est tout ce qui savent de faire!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier