"C’est le prix qui fera le revenu" : Interview de Dominique Barrau sur les attentes des éleveurs

Actuagri

Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, à la tribune lors du  67e Congrès de la FNSEA à Troyes dans l'Aube.
Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, à la tribune lors du 67e Congrès de la FNSEA à Troyes dans l'Aube.

À la veille de la journée de mobilisation pour l’élevage le 12 avril, Dominique Barrau, le secrétaire général de la FNSEA, revient sur les attentes des éleveurs auprès des Pouvoirs publics.

Pour les journées de mobilisation du 12 avril et du 23 juin, le mot d’ordre est « l’élevage : cause nationale ». Pourquoi ?

Pour le moment, l’augmentation des prix à la production n’a pas été répercutée, les producteurs trinquent. Nous n’en pouvons plus (Dominique Barrau est producteur de lait dans l’Aveyron N.D.L.R.). J’entends régulièrement des éleveurs me dire qu’ils n’arrivent plus à payer leurs factures, certains abandonnent même l’élevage pour aller vers des productions de blé ou de maïs. Nous irons au bout de nos revendications car c’est le prix qui fera le revenu. Le 12 avril, dans les départements, nous poserons le cahier de doléances chez les préfets et les parlementaires. Le 23 juin, nous discuterons de la problématique de l’élevage avec le citoyen en nous installant à Paris. Nous leur ferons découvrir nos produits locaux et nos animaux. L’idée est de leur faire comprendre que l’élevage est important pour préserver notre agriculture et aussi nos paysages.

Trois réunions sont prévues au mois d’avril entre producteurs, transformateurs et distributeurs sous l’égide du ministère de l’Agriculture. Qu’attendez-vous de ces rendez-vous ?

Nous attendons de ces tables rondes une prise de conscience. Nous savons qu’il ne sera pas possible de fixer des prix car c’est interdit par la Loi, cela est considéré comme une entente. Mais nous devons être capables de prendre en compte l’augmentation des charges. Par exemple, nous avons mené un gros travail sur les accords du 3 mai (accord volontaire pour une meilleure répercussion de la volatilité des cours des matières premières dans les filières animales), on peut se demander si l’on peut intégrer le lait dans ces accords, par exemple. Nous voulons des réponses concrètes : est-ce que le ministère de l’Environnement va finir par accepter que les normes évoluent afin que nous soyons plus compétitifs ? Sur le prix, va-t-on enfin intégrer la répercussion des charges ? Ce n’est pas si compliqué : prenons le pétrole, quand il augmente, le prix à la pompe aussi, pourquoi ne serait-ce pas pareil pour l’alimentaire ?

La FNSEA a-t-elle déjà rencontré des enseignes pour discuter de la répercussion des charges ?

Oui, nous avons eu beaucoup de rencontres avec les enseignes locales, certaines nous ont mêmes contactés de leur plein gré. Nous avons déjà discuté du prix du lait avec Système U. D’autre part, Leclerc a bien repéré qu’il manquait 3 centimes au lait mais avec les conditions qu’ils imposent, ils nous amènent dans la gueule du loup. Je le répète, nous n’avons pas le droit de nous entendre sur les prix comme ça. Il faut qu’on trouve des solutions ensemble.

Est-ce que les prix pour les consommateurs sont susceptibles d’augmenter dans les mois à venir ?

On n’a pas le droit de faire croire aux consommateurs qu’un litre de lait vaut moins cher qu’un litre d’eau. Que la viande porcine, bovine, ovine, les produits avicoles ne valent quasiment rien. Je suis bien conscient de la situation de certains portefeuilles mais voilà, l’alimentation a un prix si on veut préserver les éleveurs français.

Lors du congrès de la FNSEA, certaines tensions étaient présentes entre le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll et le syndicat. Cela ne va-t-il pas impacter les négociations ?

En effet, nous avons poussé un coup de gueule pour faire passer les messages, je pense que nous avons été entendus. La situation est grave pour tous les secteurs de l’élevage. Maintenant, je fais confiance aux Pouvoirs publics, on va vite savoir s’ils ont entendu le message. Le 9 avril, je réunis les secrétaires généraux des associations spécialisés pour préparer la suite et évidemment si les demandes du congrès ne sont pas suivies, nous continuerons les actions. Les trois réunions se dérouleront le 8 avril pour la filière laitière, le 15 avril pour la filière porcine, et le 18 avril pour l’aviculture.

La PAC, une réponse aux problèmes des éleveurs ?

La FNSEA déposera un cahier de doléances le 12 avril. Quatre thèmes y figureront : revaloriser les prix, simplifier les normes environnementales et arrêter toute surenchère réglementaire et fiscale, investir pour assurer l’avenir et enfin un paragraphe intitulé « pour une PAC qui accompagne et redonne des perspectives à l’élevage. » Selon le cahier de doléances, la future PAC devra « accompagner les efforts des éleveurs, donner une ambition à l’élevage ainsi qu’une réelle politique économique pour ces filières ». Dans ce cadre, la FNSEA fait des propositions. Elle souhaiterait des outils de gestion de marché améliorés dans l’OCM unique. À savoir, des filets de sécurité recalculés au regard des coûts de production, un observatoire européen des marchés, des volumes et des prix, une organisation des producteurs et des filières renforcés au regard du droit de la concurrence. D’autre part, le syndicat demande des outils de gestion des risques adaptés et efficaces face aux aléas climatiques (fourrages) et sanitaires (fonds de mutualisation). Enfin, un soutien adapté à la situation de l’élevage serait une des solutions à la crise de l’élevage grâce à plusieurs leviers : une convergence interne soutenable par tous, un verdissement pragmatique qui apporte de la souplesse au retournement des prairies afin de sécuriser l’autonomie fourragère, un recouplage nécessaire et indispensable pour le maintien de certaines productions menacées par un DPU aveugle, la prise en compte de l’herbe et la priorité de la compensation des handicaps au sein du 2e pilier.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 4

passi

1 litre de lait 1/2 ecrémé 0.65 marque distributeur
1 litre d'eau 1er prix 0.44
le lait est env 1.5 fois plus cher
quelle est la valeur nutritionnelle de l'eau?
combien d'emploi dans la filiere lait?

en lisant la derniere etude sur le temps de de travail en france , les salariés francais sont ceux qui travaillent le moins en europe , et quand on decortique precisemment le temps de travail de tout le monde, les independants francais ( artisans, paysans.....) sot ceux qui travail le plus en europe , bilan les paysans , les artisans bossent pour que les autres puissent profiter , quand les paysans arreteront d'etre des imbeciles ils prendront les fourches et feront la revolution ....les gouvernements successifs profitent bien des paysans, on leur maintien juste la tete au dessus de l'eau , comme ils sont passionnés mais aussi qu'ils ont bcp investi, ils bosseront bcp pour maintenir a flot leur exploitation , bilan du lait a pas cher ....que les paysans arretent de bosser et invitent l'etat a faire gerer les fermes par des salariés que 'lon puissent enfin rire sur le cout du lait ( on va remplacer un paysan , qui fait 80h par semaine , plus le pere qui file un coup de main , plus le gamin qui file un coup demain plus la femme qui file un coup de main a la compta , par 3 à 4 salariés on verra le cout du litre de lait

piblokto

Correction...! :

Prix du litre de lait : 35 cts
Prix du litre d'eau : 0,5 Cts

Soit un litre de lait 70 fois plus cher que le litre de lait.

piblokto

Un litre de lait : 35 cts environ
Un litre d'eau : 0,005 cts environ

Soit un litre de lait 7000 fois plus cher que le litre d'eau.

eleveur

exact, un litre de lait ne peut pas couté moins qu'un litre d'eau!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier