Campagne Céréalière 2009/2010 : Les stocks s'allègent en blé

SC d'après FranceAgriMer

Récolte moins abondante, utilisations en hausse sur le marché intérieur et à l'export… le bilan prévisionnel 2009/2010 s'allège pour le blé français. A contrario, il reste lourd en orge, compte tenu d'une récolte record et de la concurrence sur le marché mondial.

FranceAgriMer le confirme : au vu des déclarations PAC des agriculteurs, la production de blé français est réévaluée à la baisse. Elle atteindrait 36,6 Mt, soit des estimations en baisse de 0,9 Mt par rapport au mois dernier. Selon les données PAC, les surfaces de blé tendre seraient en effet en recul de 295.000 ha par rapport à 2008/2009. Dans plusieurs régions, les fortes pluies de l'automne ont perturbé les semis du blé, entraînant des reports importants vers des cultures de printemps (tournesol, maïs et orges de printemps). «Un recul des surfaces en blé, perçu dès le mois de juillet, mais qui a été sous évalué à cette époque» reconnaît FranceAgriMer.

Parallèlement, les ventes sont de leur côté revues à la hausse, sur l'ensemble des marchés. Celles vers l'Union européenne sont revues à la hausse à près de 7,1 Mt de grains. Les perspectives de vente sur le Benelux s'annoncent meilleures qu'initialement prévu, avec une moindre concurrence des blés fourragers britanniques et danois.



1/3 des exportations pays tiers destinées à l'Égypte

Les exportations sur pays tiers sont également réévaluées à 8,75 Mt en raison de la compétitivité des blés français sur le marché international. A la fin septembre, les embarquements de blé français à destination des pays tiers restaient en retrait par rapport à 2008/09 mais FranceAgriMer note une accélération depuis le mois dernier. C'est l'Égypte qui est actuellement notre plus gros client avec plus d'une tonne sur trois destinée à ce pays.

Sous l'effet conjugué de la baisse des estimations de récolte et de l'augmentation des prévisions d‘utilisations, le stock de fin de campagne du blé est aujourd'hui fixé à 3,5 Mt, en net recul par rapport au mois dernier.


Calme plat en orge

Les perspectives sont moins bonnes pour l'orge du fait d'une récolte cette fois révisée à la hausse à plus de 12,9 Mt et de la concurrence à l'exportation. Le stock final est évalué à 3,4 Mt, en forte hausse par rapport à l'an dernier. Les perspectives d'exportations vers le Benelux s'annoncent toutefois bonnes, en raison de la moindre concurrence du Royaume-Uni et du Danemark sur cette destination.

Sur les pays tiers, les prévisions d'exportations sont maintenues mais l'activité est faible en ce début de campagne. A noter toutefois, le chargement d'un bateau de 60.000 tonnes d'orges de brasserie au départ de la France et à destination de la Chine. Au niveau européen, c'est le calme plat puisque les certificats d'exportation octroyés depuis juillet totalisent moins de 300.000 t, contre 1,6 Mt l'an dernier à la même époque (1,5Mt en 2007).

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier