Campari rachète Grand Marnier

Campari rachète Grand Marnier

Le groupe milanais Campari va lancer une offre publique d’achat (OPA) amicale sur la Société des produits Marnier-Lapostolle (SPML), au prix de 8.050 euros par action.

Le propriétaire italien des marques Campari, Cinzano, Aperol, de la vodka Skyy et du bourbon Wild Turkey va ainsi mettre la main sur la célèbre marque de liqueur à l’orange Grand Marnier. Gruppo Campari reprendrait les parts des héritiers de Jean-Baptiste Lapostolle et de Louis-Alexandre Marnier, qui possèdent 47,1 % du capital de Grand Marnier et 60 % des droits de vote. L’accord valorise les titres à près de 684 millions d’euros, auxquels s’ajouterait un éventuel complément de prix lié à la vente d’une propriété d’exception située sur la Côte d’Azur. La transaction entérine également un accord exclusif de distribution mondiale du portefeuille des produits Grand Marnier par Gruppo Campari jusqu’à fin 2021. 

Avec un chiffre d’affaires 2015 de 1,66 milliard €, en croissance de 3 %, et d’un résultat opérationnel de 332,7 millions € en progression de 11,6 %, Gruppo Campari se positionne au sixième rang mondial des groupes de spiritueux. Campari bénéficie de l’engouement actuel pour les cocktails classiques, qui remet au goût du jour les amers et quelques marques un peu oubliées. L’acquisition de Grand Marnier apporte une sixième marque globale au groupe de spiritueux dans l’escarcelle déjà riche d’une cinquantaine de marques et 152 millions € de chiffre d’affaires additionnels. Les alcools de la gamme Grand Marnier constituent 85 % des ventes de SPML, la production étant exportée dans 150 pays. SMPL réalise 60 % de ses facturations en Amérique du Nord.

La marque française Grand Marnier, de reconnaissance internationale en tant que liqueur de cognac, s’insère parfaitement dans la stratégie du groupe. L’opération modifiera la répartition géographique du chiffre d’affaires, faisant des États-Unis, le premier marché du groupe. L’opération sera ainsi soumise à l’autorisation des autorités américaines de la concurrence.

Campari entend réaliser près de 16 millions € d’économies sur la distribution des produits Grand Marnier aux États-Unis et en Europe occidentale en utilisant ses propres structures de distribution, qui s’additionneraient à la marge opérationnelle existante de 31 millions €. Campari devrait aussi bénéficier de la présence incontournable de Grand Marnier dans tous les bars à cocktails.

Si l’intérêt de Campari se porte clairement sur la marque de spiritueux, le devenir des vins chiliens apparaît plus incertain. La branche, qui compte 135 personnes sur un effectif global de 440, ne représente que 3 % des ventes du groupe SPML.

Alors que Campari s’est assuré le contrôle de la cible en offrant une prime de 60 %, le marché spéculait probablement sur le prix de cession de la Villa des Cèdres « évaluée » entre 200 et 350 millions €, avec une cotation des titres à fin mars dépassant les 8 500 euros par action. Pourtant le prix de l’offre représente déjà 4,5 fois le chiffre d’affaire et 49 fois les bénéfices réalisés de la cible, ce qui n’a pas empêché l’action Campari de progresser le jour de l’annonce. Il n’y a donc pas que les crêpes suzette que le Grand Marnier fait flamber. 

Voir tout le dossier :  http://etudes-economiques.credit-agricole.com/medias/Prisme13_avril2016.pdf

Source : PRISME - Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d'experts - n° 13 - Avril 2016

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier