Cantal : Elvea entend bien continuer à peser dans la filière

P. Olivieri

Malgré les menaces pesant sur les OPNC, Elvea est bien décidée à oeuvrer pour ses adhérents et dans les filières.

“C'est quelqu'un qui a beaucoup de vécu, plein d'idées et qui croit aux filières de territoire”. L'intervention de l'industriel Laurent Spanghero, réélu l'an dernier à la tête de l'UECBV (Union européenne du commerce du bétail et de la viande), est des plus attendues le vendredi 23 avril à l'assemblée générale de l'association de producteurs Elvea Cantal-Puy-de-Dôme (ex-Adeca).
Son président, Denis Costerousse, a en effet sollicité l'ancien président de la FNICGV (Fédération nationale de l'industrie et des commerces en gros des viandes) pour que ce dernier “apporte des pistes de réflexion, notamment dans le contexte actuel, celui d'un marasme profond sur le marché des femelles”. Des pistes qui, pour Elvea, sont notamment à creuser du côté de filières rattachées à un territoire “à fortes image et identité” comme le Cantal et l'Auvergne qui peuvent également faire valoir des races rustiques emblématiques.

Une voie de diversification

“Il semble qu'il y ait une attente de plus en plus forte des consommateurs de ce lien entre produit et territoire sans forcément aller jusqu'au label ou à l'AOC. C'est une tendance générale mise en avant par les abatteurs et les transformateurs, développe le président de l'association. En tant qu'organisation de producteurs, à nous de voir comment répondre à cette demande”. Un nouveau chantier qu'Elvea veut conduire en complémentarité des démarches de différenciation auxquelles l'OP est déjà associée (Boeuf du Cantal, BFA, Label rouge salers...).
“On sait pertinemment qu'on ne fera jamais ici de gros volumes d'engraissement en femelles mais les éleveurs sont de plus en plus conscients qu'ils peuvent se diversifier sur une partie de la production à condition que les cahiers des charges ne demandent pas de revoir trop fortement leurs pratiques”, complète Gilles Malvesin, co-directeur d'Elvea.
Et pour encourager ce type de filières, Denis Costerousse estime nécessaire de mettre l'accent sur la contractualisation et la planification des apports, “la base d'un fonctionnement sur le long terme”, estime-t-il.

Épée de Damoclès

Contractualisation, le mot est lâché. “Contractualiser des volumes, c'est sûr, il faudra y venir. Quant au prix, on peut envisager un contrat qui l'intègre sur un certain pourcentage de la production de l'éleveur, 20-30 % par exemple, et sur des filières identifiées”, avance Denis Costerousse, précisant qu'Elvea France planche sur le sujet pour “être force de proposition” plutôt que de se voir imposer une forme de contractualisation.
Sa fédération nationale est également mobilisée sur un autre sujet des plus délicats pour les organisations de producteurs non commerciales (OPNC) : le transfert de propriété. Une obligation évoquée à l'automne dernier dans le cadre des discussions sur la future loi LMA qui ferait peser une sérieuse menace sur les OPNC telle Elvea. “S'il s'en parle moins, le risque n'est pas écarté, ça peut ressortir après l'examen de la loi par un décret”, analyse Denis Costerousse, amer face à la position des pouvoirs publics.
“Pour le ministère de l'Agriculture, la seule formule qui vaille est celle de la coopération. On a du mal à faire entendre que les OPNC et le commerce privé travaillent aussi bien que les autres OP, qu'on rémunère aussi bien les animaux, qu'on participe aussi à l'organisation des filières”, plaide le président, qui met en garde les éleveurs contre une suppression des OPNC. “Qui dit transfert de propriété, dit mise à disposition à son organisation de l'ensemble de sa production. C'est déléguer sa commercialisation et faire une marche arrière de 25-30 ans”...
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires