Cantal : Producteurs de lait et forces de l'ordre au bord de l'ébullition

Jean-Marc Authié

Mercredi, les Jeunes agriculteurs ont convié les producteurs de lait à une action symbolique devant la sous-préfecture de Saint-Flour. Un symbole qui s'est vite “musclé”.

“On annonce la disparition de 30 % des producteurs de lait. Alors nous, Jeunes agriculteurs, nous avons décidé de supprimer un tiers de l'État sur le département, c'est-à-dire une sous-préfecture. Celle de Saint-Flour”. C'est sur le ton de l'humour que Nicolas Cussac, responsable du groupe lait chez les JA, lance l'opération avec le “murage” des entrées du bâtiment. De l'humour, il n'en sera plus question quelques minutes plus tard. Mercredi, les JA voulaient une action symbolique de sensibilisation. Une action qui visait surtout à rencontrer élus et parlementaires, invités pour l'occasion. Mais point d'élus à l'horizon. Alors les JA se mettent à l'ouvrage, devant un peloton de gendarmerie tranquille, mais vigilant. Ils commencent par établir un mur devant l'entrée privée de la sous-préfecture. Les gendarmes s'interposent puis finalement laissent faire.

Quelques gifles sont parties…

Les choses vont dégénérer quelques minutes plus tard, lorsque la soixantaine d'agriculteurs ayant répondu à la mobilisation, s'attaque à la deuxième entrée. Cela commence gentiment par une opposition pour déplacer un camion. C'est alors que les JA arrosent les gendarmes via une citerne remplie d'eau et de poudre de lait. Si les forces de l'ordre reculent, pas question pour autant de laisser un deuxième mur se construire. Les JA ne le voient pas ainsi. Ils sortent la lance et avancent droit devant, faisant face aux gendarmes. Ceux-ci s'interposent immédiatement pour éviter un arrosage rapproché. Le “tir à la corde” se transforme vite en empoignade. Quelques gifles partent de part et d'autre. On frôle l'affrontement quand les gendarmes reculent une deuxième fois. Le ton est vivement monté entre les forces de l'ordre et surtout Gilles Amat, président des JA Auvergne, et Julien Fau, président des JA Cantal. Lorsqu'il est question de murer la troisième entrée, les gendarmes informent d'une fin de non- recevoir, émanant directement de la préfecture, armant au passage des bombes lacrymogènes. Après plusieurs discussions et tractations téléphoniques dans les deux camps, les JA cèderont finalement. En partant, ils prendront bien soin d'arroser la cour privée et la façade de la sous-préfecture. Les troupes rejoignent alors le centre- ville afin de bloquer la circulation. Tout s'est finalement terminé dans le calme, mais les JA ont prévenu : “Les élus ne sont pas venus. Nous irons donc les chercher”. Très remontés, ils ont prévu une nouvelle action la semaine prochaine.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires