Centre : Les agriculteurs acceptent de baisser leurs quotas d'irrigation

SC d'après AFP

Les agriculteurs du Centre et du sud de l'Ile-de-France ont accepté, à Orléans, de réduire leurs prélèvements dans la nappe de Beauce de 65% à 45% de la ressource théorique, en raison de la faiblesse des pluies ces derniers mois.

Les pouvoirs publics proposaient 30% à 35%, un niveau jugé inacceptable par la profession. «Nous avons consenti des efforts au-delà du raisonnable», a commenté Michel Masson, président de la FDSEA du Loiret, à l'issue des discussions. «Plus de la moitié des irrigants seront lourdement affectés. Si nous avions dû aller au-delà, cela aurait signé la mort des cultures de betteraves et de légumes».

«Ces contraintes partagées n'ont d'autres buts que d'éviter une situation de crise aussi pénalisante pour l'économie agricole que pour l'environnement », déclare un communiqué de la préfecture, qui « salue l'effort des irrigants ».

Révision à la hausse du seuil d'alerte

Les irrigants ont également accepté une révision à la hausse du seuil d'alerte qui déclenche une interruption des opérations d'irrigation durant une journée par semaine. Cette interruption sera portée à deux jours si trois rivières sur six atteignent leur débit de crise.

Les exploitants qui pourront prélever 236 millions de m3, à répartir entre les 3.300 irrigants qui puisent dans la nappe de Beauce, pratiquent la gestion concertée avec les pouvoirs publics depuis 1999. La nappe de Beauce est un réservoir d'eau souterrain qui s'étend sur près de 10.000 km2 dans six départements: Loiret, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Seine-et-Marne, Yvelines et Essonne. Elle se situe sur deux régions (Centre et Ile-de-France) et deux bassins versants (Loire-Bretagne et Ile-de-France).

Publié par SC d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier