CER FRANCE Pays de la Loire : Production porcine : Vivons-nous une crise ou une mutation ?

Dans le cadre de la mission de conseil et d'expertise qu'il mène, notamment auprès du monde agricole, CER FRANCE Pays de la Loire a réalisé une étude économique sur la production porcine.

Cette étude, effectuée à partir des résultats économiques 2009 des exploitations de la région spécialisées en porcs, est disponible sur simple demande pour les adhérents CER FRANCE. Vous pourrez y retrouver des informations et une analyse approfondie sur le prix de revient et les écarts entre les élevages.

Crise ou mutation ?

Au regard de cette analyse qui souligne un bouleversement du secteur d'activité porcins, les conseillers CER FRANCE pose une question importante : vivons nous crise ou une mutation ? Quelques éléments de réponses…

Des exploitations porcines au bilan dégradé
Le prix de revient des exploitations porcines est souvent supérieur au prix de vente, induisant une trésorerie par truie très faible.

Disparition du cycle du prix du porc
La baisse de production ne permet plus la remontée des cours à terme. Dans ce contexte, le marché s'auto régule moins bien et les situations financières des exploitations porcines spécialisées fragilisées par l'envolée du prix des aliments en 2008 n'ont pas pu se relever.

Le modèle européen se restructure

L'Allemagne, qui était en situation déficitaire il y a peu dans le secteur porcin est aujourd'hui excédentaire. Le Danemark réoriente une partie de sa production de porcelets vers les ateliers d'engraissement allemands. Dans ce contexte en mutation, doit-on considérer la mise aux normes des truies gestantes en 2013 comme une menace ou une opportunité pour les éleveurs français ? CER FRANCE prend le parti qu'il s'agit d'une opportunité qui permettra au secteur porcin français de revoir, si besoin, la chaîne du bâtiment et de repenser l'organisation de l'exploitation.

Pour recevoir cette étude, contacter votre conseiller CER France Pays de la Loire.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier