Céréales : Les coûts du fret maritime au plus bas

SC avec Onigc

Les prix du fret maritime continuent de baisser, sous l'effet conjugué du ralentissement de l'activité économique mondiale, de la baisse du pétrole et de l'arrivée sur le marché de nouvelles capacités de transport (700 Capesize* commandés pour les trois prochaines années).

Le « baltic dry index » (BDI) s'est ainsi effondré à 633 points début décembre. Cet indice des prix du transport maritime (basé sur les prix de sept routes dont la plupart concernent les céréales), valait 11.793 pts le 20 mai dernier. Il faut remonter à la fin 2001 pour retrouver un niveau presque aussi bas, à la suite de l'attentat du 11 septembre.

« Une chute sans précédent du BDI, qui tend à confirmer l'extension de la crise au secteur commercial réel », analyse l'Office des céréales français (Onigc). Dès lors, du fait des faibles coûts, les acheteurs de céréales peuvent arbitrer leurs achats entre toutes les origines y compris les plus éloignées.




* Les « Capesize » sont les navires trop gros pour passer par le canal de Suez ou le canal de Panamá, dépassant les tailles Panamax et Suezmax.

Publié par SC avec Onigc

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier