Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Céréales : Profiter des prix élevés pour exporter

SC

Dans un contexte de forte volatilité des cours mondiaux, les prix des blés français sont de nouveau à la hausse en ce début d'année. L'Onigc conseille aux céréaliers de saisir rapidement toutes les opportunités pour exporter.

« Une fenêtre s'ouvre à nous à partir du 29 janvier et jusqu'à la fin mars, il faut en profiter» explique Patrice Germain, directeur adjoint de l'Onigc, lors d'une conférence de presse. A cette date, l'Ukraine et la Russie auront en effet mis en place des restrictions pour leurs exportations de blé tendre et les États-unis ont déjà réalisé la quasi-totalité de leurs objectifs de vente à l'export. L'origine européenne parait donc être la seule capable d'approvisionner le marché méditerranéen en blé et ce, jusqu'à la fin mars, date de l'arrivée des blés argentins sur le marché mondial.

Une fenêtre qu'il faut absolument saisir car pour l'instant, la France n'a écoulé que 2,1 Mt de blé tendre à l'export à la fin décembre (contre 2,4 MT en 2006/2007) alors que les objectifs sont fixés à 4,75 Mt, soit 700.000 t de moins que la dernière campagne. La France a souffert de la concurrence des origines mer Noire et américaines et d'un taux de change euro/dollar défavorable. Résultat : à ce jour, elle n'a rien vendu à l'Égypte et très peu en Tunisie.

Heureusement, l'orge sauve la mise avec des records d'exportation : 3 Mt ont été délivrés depuis le début de la campagne pour l'ensemble des pays européens, contre seulement 1,9 Mt l'an dernier à la même époque. Pour la France, les objectifs d'exportation d'orge sont de 1,3 Mt pour la campagne, soit 500.000 t de plus que l'an dernier.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires