Chambre d'agriculture 53 : Raccourcir les circuits de commercialisation

Commercialiser ses broutards en direct avec un engraisseur permet au naisseur d'assurer un débouché voire de gagner sur le prix de vente.

Le sanitaire, principal atout

Du point de vue de l'engraisseur, c'est le principal avantage de ce mode d'achat des animaux. En effet, la vaccination contre les problèmes respiratoires (pasteurelles, syncitial, grippe) est réalisée chez le naisseur un mois avant le sevrage. Le rappel est également fait chez le naisseur le jour de l'enlèvement des animaux. Grâce à cette organisation, le conditionnement des vaccins peut parfois être géré. Cette pratique permet d'économiser l'utilisation d'antibiotique à l'arrivée des animaux.

Les animaux sont achetés en plusieurs fois. Cela permet de rentrer des cases entières pour l'engraisseur et d'étaler les ventes pour le naisseur pour être le plus près possible de l'objectif de poids. Le transport direct par l'engraisseur permet aussi de ne pas avoir de mélanges d'animaux ou de transit par un centre d'allotement et d'éviter les stress.

Les fixations du prix basées sur les conditions de marché

Les animaux sont systématiquement pesés par le naisseur juste avant la vente. Le prix est fonction de la cotation des marchés du moment (base 300 kg). Tout kg en plus ou en moins par rapport à cette base donne lieu à plus ou moins value (sur la base d'environ 1,5 €/kg). Le poids idéal recherché est de 300 à 350 kg. Pour le naisseur, les derniers kilos sont rémunérateurs. Pour l'engraisseur, il faut amortir le prix du maigre et donc faire suffisamment de croît et de poids donc ne pas acheter des animaux trop lourds. Une fois les règles établies, le but, pour l'un comme pour l'autre, n'est pas de les remettre en cause pour récupérer 10 ou 20 €/animal. Seuls les animaux atypiques (sujet médiocre ou vieilli) font l'objet d'une discussion spécifique. En revanche, dans un lot, tous les animaux sont vendus de la même façon (tête et queue de lot).

Les engagements respectifs : acheter et vendre

Sans contrat écrit, les deux parties conviennent, pour l'une de vendre tous les animaux mâles de l'exploitation, pour l'autre de les acheter. Il y a également possibilité de faire de même pour les laitonnes. Mais l'engraisseur qui bénéficie d'un contrat à prix fixe pour ce type d'animaux rajeunis, laisse le choix au naisseur de pouvoir les vendre en reproductrices. Si ce n'est pas le cas, elles viendront se faire engraisser pendant la belle saison dans le bâtiment des génisses laitières de l'engraisseur, vide pendant cette période.

Contact : Philippe CARTERON - 02 43 67 37 37

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires