Chambre d'agriculture de la Mayenne : Emploi à temps partiel avec le GEDAR 53, ajustez vos charges avec vos besoins

Le GEDAR 53 permet aux agriculteurs de bénéficier d'un complément de main d'oeuvre à temps partiel tout en fournissant un emploi à temps complet à des salariés.

Développer son entreprise, diversifier les activités, améliorer l'organisation du travail, avoir plus de temps libre, maintenir la qualité des productions, accorder plus de temps à la famille s'adapter aux évolutions de l'entreprise, mettre en place la main d'oeuvre juste nécessaire à ses besoins…Voici quelques arguments évoqués par les chefs d'exploitation qui ont entraîné l'emploi de personnel à temps partiel à travers le groupement d'employeurs.

Le groupement d'employeurs permet de lever des obstacles pour l'emploi d'un salarié comme la réticence à déléguer certaines activités ou la méconnaissance de la législation du travail. C'est pourquoi le GEDAR 53 s'est donné comme mission d'être un tremplin qui facilite l'emploi en milieu agricole.

Quelle démarche ?

Après un premier contact, une rencontre sur le terrain est organisée, par l'animatrice du GEDAR, pour faciliter l'expression des besoins des futurs utilisateurs sur les points suivants :
- profil de poste en lien avec le projet d'exploitation
- planning prévisionnel avec prise en compte des pointes de travail
- répartition du temps partagé

Que fait le GEDAR 53 ?

Le GEDAR 53 réalise, en tant qu'employeur, l'ensemble des tâches administratives qui lui sont liées (contrat de travail, bulletin de paye, déclarations sociales…).

Les utilisateurs découvrent souvent à travers le GEDAR 53 le mode de fonctionnement du salariat en agriculture et développent à cette occasion des compétences managériales. L'engagement se fait sur une courte durée, une année, ce qui permet d'ajuster ses besoins avec le temps. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter le GEDAR 53.

Contact : Florence BOITTIN - 02 43 67 38 64

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier