Chasse : ne pas confondre agrainage et nourrissage

JL Blondel FDSEA

L'agrainage est une pratique relativement récente. Elle s'est répandue et amplifiée au cours de ces 20 dernières années et a accompagné le développement exponentiel de la population, ce malgré le maintien du classement « nuisible » du sanglier dans le département.

Un dispositif encadré depuis 2007

L'agrainage a fait l'objet d'une réglementation qui n'a pas toujours été bien « assimilée » par les chasseurs. Ainsi l'arrêté du 16 novembre 2007 rappelle que « l'agrainage est mis en oeuvre pendant les périodes sensibles pour les cultures et les prairies. Hors ces périodes, et notamment pendant la saison de chasse aux bois, l'agrainage est allégé en fonction des disponibilités en nourriture naturelle. Il peut être interdit sur décision préfectorale prise après avis du président de la fédération des chasseurs si les circonstances locales le justifient et notamment en cas d'abus manifeste. Cette interdiction pourra le cas échéant être prononcée s'il est constaté qu'il est mis en oeuvre en période de chasse pour attirer et retenir artificiellement des suidés sur un territoire donné ».

C'est précisément cette interdiction qui a été prise le 25 mai 2011 par le Préfet de Haute-Marne. Il convient par ailleurs de rappeler que l'agrainage qui reste encore possible jusqu'au 1er novembre, doit être pratiqué à 200 mètres des parcelles agricoles, dans des massifs de plus de 100 hectares, à plus de 100 mètres de routes départementales et nationales, à plus de 20 mètres des cours d'eau et zones humides en procédant de préférence par épandage linéaire et dans la limite de 50 kg de maïs grain pour 100 hectares boisés et par semaine. Dans la pratique cet arrêté préfectoral a souvent été transgressé mais l'office national de la chasse a dressé très peu de contraventions …

Interdiction jusqu'à nouvel ordre

L'arrêté préfectoral du 25 mai 2001 est relativement succinct ; il édicte qu'« application de l'article 3-1 de l'arrêté préfectoral du 19 novembre 2007 (qui est rappelé ci-dessus), l'agrainage est interdit du 1er novembre au 28 février sur l'ensemble du département de la Haute-Marne. En l'absence totale de fructification forestière, l'agrainage pourra de nouveau être autorisé selon des dispositions prises ponctuellement par arrêté préfectoral. » Sachant que la fructification forestière est satisfaisante cette année, il n'y a donc pas lieu à remettre en cause cette interdiction.

Néanmoins, certains adjudicataires commencent à gesticuler pour demander que l'agrainage soit rétabli. Certains arguent d'une absence de fructification forestière dans les forêts de résineux… La FDSEA n'a pas changé de position sur ce sujet. Elle entend maintenir l'interdiction jusqu'au 28 février compte tenu des bonnes glandées et fainées. Le but de cette interdiction est d'obliger les populations de sangliers à se déplacer pour éviter les élevages dans les coeurs de massifs. Bien entendu cette mobilité du gibier n'est pas toujours compatible avec la rigidité du plan de chasse actuel. La FDSEA demande donc dans le même temps que les attributions puissent être faites de manière souple et réactive. Or, à ce jour, ce message n'a pas encore été totalement entendu.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires